SOUTENANCE – OLIVIA GERMON – Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

Olivia GERMON soutiendra sa thèse de doctorat

le 21 mars 2017 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse : Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : laboratoire CRESSON (UMR Ambiances Architectures Urbanités)
Directeur de thèse : Grégoire CHELKOFF

Composition du jury :
Isabelle GINOT Professeure des Universités à l’Université Paris 8 Saint Denis, Rapporteure
Laurent LESCOP  Maître-assistant à l’ENSA Nantes, Rapporteur
Valérie LEBOIS Maître-assistante à l’ENSA Strasbourg, Examinatrice
Jean-Paul THIBAUD Directeur de recherche CNRS, Examinateur

Résumé :

Le sol en tant que support de la vie urbaine est encore peu pensé par la recherche architecturale et urbaine. Dans un monde où la concurrence entre villes se joue entre autres sur la qualité des espaces publics, il est pourtant un élément essentiel des usages pédestres. Le pied le foule, l’œil le fait entrer dans l’horizon perceptif sans qu’on s’y attarde, et sans qu’une recherche approfondie nous en ait montré toutes les dimensions sensibles.

Après un rappel historique des enjeux de l’aménagement du sol urbain, nous nous penchons sur la façon dont celui-ci est très tôt intégré dans la structuration de l’expérience vécue par tout un chacun, notamment lors de l’apprentissage de la marche. Le sol est une donnée première de l’environnement et joue un rôle dans la formation de l’équilibre, du sens de la proprioception. Il participe ainsi à l’arrière-plan corporel de l’expérience, en même temps qu’il est une surface d’échanges. En matière d’architecture et d’urbanisme, nous faisons l’hypothèse que le sol fait partie du fond de l’ambiance : il contribue à l’arrière-plan ambiantal de l’expérience sensorielle des espaces publics. Pour avancer sur ces hypothèses, trois corpus sont constitués : le premier, à partir d’une écoute réactivée de vingt sons enregistrés à Paris, analyse la part du sol dans la qualité sonore de l’ambiance vécue ; le second, issu d’observations et de relevés vidéo sur deux terrains comparés à Barcelone et La Défense, permet d’évoquer les relations entre topographie et mobilité ; le troisième, issu de l’expérimentation de dix parcours commentés effectués les yeux fermés sur une partie du site de La Défense, tente d’approcher l’expérience somatique dans le rapport au sol : comment se joue la relation entre le sol et le « soma » ? Pour conclure, nous discutons les apports réciproques entre Ambiances et Somatiques, deux disciplines au cœur desquelles le sentir est exploré. Que peuvent apporter les somatiques aux ambiances en terme de méthode d’étude, du point de vue théorique et pour l’approche du projet ?

Mots-clés : sol urbain, ambiances urbaines, somatiques, expérience sensible, corps humain


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *