SOUTENANCE – IVAN MAZEL – Habitation écologique et dispersion bâtie

affiche soutenance Ivan Mazel

IVAN MAZEL soutiendra sa thèse de doctorat

mardi 10 octobre 2017 à 13h30 en amphithéâtre Simounet à l’ENSA Grenoble.

Intitulé de la thèse :
« Habitation écologique et dispersion bâtie : les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socioécologiques en territoires de moyenne montagne »

Résumé :

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socioécologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socioécologiques.

L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », écohameaux, habitat participatif rural et écolotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.

SOUTENANCE – OLIVIA GERMON – Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

Olivia GERMON soutiendra sa thèse de doctorat

le 21 mars 2017 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse : Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : laboratoire CRESSON (UMR Ambiances Architectures Urbanités)
Directeur de thèse : Grégoire CHELKOFF

Composition du jury :
Isabelle GINOT Professeure des Universités à l’Université Paris 8 Saint Denis, Rapporteure
Laurent LESCOP  Maître-assistant à l’ENSA Nantes, Rapporteur
Valérie LEBOIS Maître-assistante à l’ENSA Strasbourg, Examinatrice
Jean-Paul THIBAUD Directeur de recherche CNRS, Examinateur

Résumé :

Le sol en tant que support de la vie urbaine est encore peu pensé par la recherche architecturale et urbaine. Dans un monde où la concurrence entre villes se joue entre autres sur la qualité des espaces publics, il est pourtant un élément essentiel des usages pédestres. Le pied le foule, l’œil le fait entrer dans l’horizon perceptif sans qu’on s’y attarde, et sans qu’une recherche approfondie nous en ait montré toutes les dimensions sensibles.

Après un rappel historique des enjeux de l’aménagement du sol urbain, nous nous penchons sur la façon dont celui-ci est très tôt intégré dans la structuration de l’expérience vécue par tout un chacun, notamment lors de l’apprentissage de la marche. Le sol est une donnée première de l’environnement et joue un rôle dans la formation de l’équilibre, du sens de la proprioception. Il participe ainsi à l’arrière-plan corporel de l’expérience, en même temps qu’il est une surface d’échanges. En matière d’architecture et d’urbanisme, nous faisons l’hypothèse que le sol fait partie du fond de l’ambiance : il contribue à l’arrière-plan ambiantal de l’expérience sensorielle des espaces publics. Pour avancer sur ces hypothèses, trois corpus sont constitués : le premier, à partir d’une écoute réactivée de vingt sons enregistrés à Paris, analyse la part du sol dans la qualité sonore de l’ambiance vécue ; le second, issu d’observations et de relevés vidéo sur deux terrains comparés à Barcelone et La Défense, permet d’évoquer les relations entre topographie et mobilité ; le troisième, issu de l’expérimentation de dix parcours commentés effectués les yeux fermés sur une partie du site de La Défense, tente d’approcher l’expérience somatique dans le rapport au sol : comment se joue la relation entre le sol et le « soma » ? Pour conclure, nous discutons les apports réciproques entre Ambiances et Somatiques, deux disciplines au cœur desquelles le sentir est exploré. Que peuvent apporter les somatiques aux ambiances en terme de méthode d’étude, du point de vue théorique et pour l’approche du projet ?

Mots-clés : sol urbain, ambiances urbaines, somatiques, expérience sensible, corps humain

SOUTENANCE – TOUMADHER AMMAR – Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques

TOUMADHER AMMAR soutiendra sa thèse de doctorat

jeudi 16 mars 2017 à 15h à l’ECOLE NATIONALE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME DE TUNIS Rue El Kodes – Sidi Bou Saïd – 2026, La Marsa – Tunisie
salle PETIT AMPHI

Intitulé de la thèse :
« Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques : Les quartiers de Capaci Piccolo et Capaci Grandi à Sousse, à la croisée des cultures ambiantales et urbaines italienne, française et tunisienne»

dirigée par Monsieur JEAN – PAUL THIBAUD et Monsieur JEAN-PIERRE PENEAU
co-tutelle entre l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et avec l’Ecole Nationale D’Architecture et d’Urbanisme de Tunis

Composition du jury :
Mme Tsouria KASSAB, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, rapporteur
M. Faouzi MAHFOUDH,  Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, Rapporteur
Mme Leila  AMMAR, Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Examinateur
M. Jean-Pierre PENEAU,  Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Directeur de these
M. Jean-Paul THIBAUD,  Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble,  Directeur de these

Mots-clés : Ambiance,Métissage,Espace public,Interaction,Devenir,Temporalité
Résumé :
La colonisation et l’immigration créent des espaces dits de l’entre-deux, des « espaces in-between », où les limites et les frontières entre identités et cultures sont remises en question, où sont générés de multiples métissages. Dans le cadre de notre recherche nous nous sommes intéressé plus particulièrement à deux quartiers situés en Tunisie, dans la ville de Sousse, dont les noms sont Gabadgi El Foukani et Gabadgi Loutani , ou en sicilien « Capaci Supra e Capaci Jusu ». Ces deux quartiers portent le nom d’une localité sicilienne, Capaci. Le plus intéressant des faits est que ces lieux ont été construits et occupés par des populations mélangées, majoritairement siciliennes issues de l’immigration. Mais il y avait aussi d’autres communautés bien diversifiées du point de vue des nationalités et des croyances. Ces quartiers ont ensuite été progressivement réinvestis par une population exclusivement tunisienne. Le contexte historique et social de ces quartiers, nous a conduit à porter notre attention sur la relation entre les ambiances, l’espace public urbain et la notion de métissage. La vérification de l’hypothèse d’une persistance de caractéristiques ambiantales spécifiques constitue un réel enjeu scientifique pour cette recherche. Nous avons choisi la notion de métissage plus qu’une autre forme de mélange étant donné qu’elle se présente comme une pensée temporelle. Nous avons par conséquent été mené à interroger les ambiances des quartiers en appréhendant le métissage comme devenir, comme processus de transformation né de la rencontre de l’autre, mais aussi comme une expérience intériorisée vécue dans la durée. Notre méthodologie de travail s’est déployée selon trois mouvements, qui se sont croisés et enrichis mutuellement : observer et raconter, décrire, expérimenter. Les deux premières phases se sont plus concentrées sur le terrain, la troisième s’est présentée sous la forme d’une expérimentation développée sous l’égide d’une installation-projection.

SOUTENANCE – Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle – par Charline SOWA

Charline SOWA soutiendra sa thèse de doctorat

mardi 17 janvier 2017 à 14h dans l’Amphithéâtre Haut (ENSA-Grenoble)

affiche_soutenance_charline-sowaIntitulé de la thèse :
Penser la ville en décroissance : pour une autre fabrique urbaine au XXIe siècle.
Regard croisé à partir de six démarches de projet en France, en Allemagne et aux États-Unis.

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : Laboratoire Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires
Directrice de thèse : Catherine MAUMI

Composition du jury :
Denis BOCQUET, Professeur, HDR, ENSA de Strasbourg, rapporteur
Emmanuèle CUNNINGHAM-SABOT, Professeure, HDR, École Normale Supérieure (Paris-Ulm), rapportrice
Florian HERTWECK, Professeur, Université du Luxembourg, examinateur
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de la thèse
Christelle MOREL JOURNEL, Maître de conférences, Université de Saint-Étienne, examinatrice
Brent D. RYAN, Professeur, Massachusetts Institute of Technology, examinateur

Résumé :
Dans le cadre de la recherche, nous nous intéressons à la pratique du projet urbain dans les villes en décroissance (ou ville rétrécissante), plus connues sous le terme anglophone de shrinking cities. Cet intérêt est né d’un questionnement plus large sur la pratique de l’architecte-urbaniste et la fabrique de la ville en ce début du XXIe siècle, où les débats se multiplient sur la ville résiliante, économe, autosuffisante face aux crises écologiques, socio- économiques et politiques actuelles. La ville en décroissance offre ainsi un cadre intéressant pour nous confronter à cette problématique où l’architecte-urbaniste se retrouve à devoir s’adapter et se réinventer face à de multiples contraintes. Par ailleurs, le programme allemand Shrinking Cities et les réflexions portées par l’architecte-chercheur allemand Philipp Oswalt ont été un élément déclencheur. Ce dernier revendiquait l’idée que la ville en décroissance était le nouveau terrain de jeu pour explorer de nouvelles pensées architecturales et urbanistiques. Il le démontre à partir d’un travail de collecte d’expériences à travers le monde.
Aujourd’hui, nous proposons de poursuivre cette réflexion et de nous poser la question suivante: quels enseignements pouvons-nous tirer de ces expériences pour notre pratique et imaginer la ville de demain ? À partir de ce questionnement, nous faisons l’hypothèse que ces nouvelles pensées architecturales et urbaines (concepts, langages architecturaux, formes urbaines, etc.) participeraient à la formulation de nouvelles formes d’habiter les territoires (usages, modèles urbains, paysage, modes de vie, etc.), permettant d’envisager différemment la fabrique urbaine en ce début du XXIe siècle. Ces démarches seraient par ailleurs actrices dans la reconnaissance de terrains favorables pour une gestion urbaine raisonnée et dans le développement de nouveaux outils et protocoles d’action imaginés par les architecte-urbanistes.
Pour répondre à notre hypothèse de recherche, nous nous intéressons plus spécifiquement aux projets impulsant une mutation profonde du tissu urbain, dans sa forme comme dans ses usages que nous nommons ici par remodelage urbain. Notre analyse se base sur six démarches dites « innovantes », théoriques et réalisées, dont un cas est mis en œuvre par des habitants. Elles illustrent cette pratique dans différentes villes en décroissance depuis ces vingt dernières années. Ces cas d’étude sont situés dans des tissus urbains différents (habitat dense en centre-ville et dans les bourgs ruraux, grands ensembles, habitat pavillonnaire) pour montrer la diversité des terrains auxquels l’architecte-urbaniste peut être confronté. Parallèlement aux deux cas français (Saint-Étienne, Livradois-Forez), nous observerons d’autres expériences dans deux contextes étrangers, précurseurs en termes d’initiatives locales et de politiques urbaines : l’Allemagne (Halle- Neustadt, Dessau) et les États-Unis (Detroit). La diversité des approches et des échelles de réflexion de ces projets ne permet pas de conduire une étude comparative. Plus adaptée à notre démarche, nous proposons leur mise en discussion pour comprendre l’impact du cadre politique, socio-économique et de l’environnement urbain sur le processus de projet ainsi que la capacité de ces projets à amorcer une transformation du tissu urbain et de la ville.
Notre objectif sera ainsi de comprendre l’originalité et les spécificités de ces démarches, mais aussi leurs apports potentiels dans les débats actuels sur la ville et ses évolutions. Cette démarche cherche à apporter une dimension prospective sur le sujet de la ville en décroissance.

Mots clés :
décroissance urbaine, projet urbain, processus urbain, morphologie urbaine, architecte-urbaniste, France, Allemagne, États-Unis

SOUTENANCE – L’habitat traditionnel en Tunisie: spécificités, usages et devenir. Le cas de la ville de Kairouan – par Ons SASSI

Ons SASSI soutiendra sa thèse de doctorat

jeudi 15 décembre 2016 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse :
L’habitat traditionnel en Tunisie: spécificités, usages et devenir. Le cas de la ville de Kairouan

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : Equipe d’accueil 7444 AE&CC  en cotutelle avec  la faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis
Directeur de thèse : Hubert Guillaud (ENSAG)
Co-directeur de thèse : Yahya El-Ghoul (Université de Tunis)

Composition du jury :
Hubert GUILLAUD, Professeur, ENSA de Grenoble, Directeur de thèse
Yahya EL-GHOUL, Professeur, Faculté des Sciences Humaines et Sociales de l’Université de Tunis, Co-directeur de thèse
Faouzi MAHFOUDH, Professeur, Faculté des lettres, des arts et des humanités de la Manouba, Rapporteur
Leila EL-WAKIL, Professeur, Université de Genève, Rapportrice
Camilla MILETO, Professeur, Universidad Politécnica de Valencia, Examinatrice

Résumé :

Cette recherche doctorale soulève la problématique de conservation et d’intégration de l’habitat traditionnel en Tunisie et sur Kairouan.

Il s’agit de mettre en valeur les spécificités de ce patrimoine mondial en péril, d’explorer les facteurs qui ont induit sa dégradation, et de s’interroger sur son avenir face aux enjeux du développement, aux changements des modes de vie et face à la modernisation. En effet, la préservation des valeurs culturelles, sociales, économiques et historiques ainsi que l’adaptation de cet héritage patrimonial, exposé à un haut risque de dégradation, aux exigences de la vie moderne, constituent aujourd’hui un défi majeur. La situation de l’habitat traditionnel kairouanais, est ainsi explorée à travers l’élaboration d’un corpus diversifié, jugé nécessaire pour mener à bien cette recherche à savoir le diagnostic, l’analyse AFOM, l’état des lieux ainsi que l’enquête de terrain (questionnaires et entretiens) auprès des habitants, responsables et experts de la gestion de l’habitat traditionnel en Tunisie. Une lecture croisée de ces outils méthodologiques, permet, entre autres, de mettre en lumière l’état de ce bâti, et de réfléchir sur les conditions qu’il conviendrait de réunir pour faire en sorte que les décideurs, acteurs locaux et habitants s’intéressent à ce patrimoine et le prennent en main dans un cadre d’accompagnement politique, économique, social et financier.

L’objectif de ce travail de thèse est donc d’étudier l’habitat traditionnel de la ville de Kairouan, dans tous ses aspects (urbain, architectural et social, etc.), de comprendre les causes de sa dégradation et de proposer, dans un contexte national et local spécifique, les conditions et les outils stratégiques à mettre en place afin de garantir une meilleure gestion de cet habitat, dans une approche intégrée et participative, afin d’aider à une fixation des habitants dans leur milieu de réference. Ce travail de recherche ainsi que les potentialités et les perspectives qu’il envisage, se veut une contribution à une meilleure connaissance de l’espace médinal oublié et marginalisé de la ville de Kairouan, notamment l’habitat traditionnel, un appel à un vrai débat et une véritable concertation entre tous les acteurs du patrimoine en Tunisie et
une vraie mobilisation de toutes les catégories de la société pour se doter des moyens et des instruments nécessaires à sa sauvegarde. Par ailleurs, cette recherche vise à mettre en place une méthode d’analyse et d’action ayant pour objectif de contribuer à améliorer la situation de ce patrimoine et ce, à travers l’élaboration d’une grille d’analyse spécifique au contexte et aux enjeux locaux qui servira par la suite aux acteurs pour agir dans la bonne direction et de prendre en charge ce patrimoine, toute en revitalisant l’habitat traditionnel, en tant que patrimoine évolutif, pour l’adapter aux enjeux du développement durable.

Mots clés :
Habitat traditionnel, Patrimoine architectural, Ville de Kairouan, Ville de Tunis, Médina, Devenir