SOUTENANCE – Laurent Hodebert – Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain, 1910-1959

LAURENT HODEBERT soutiendra sa thèse de doctorat

lundi 15 Janvier 2018 à 14h  en Amphi Simounet (ENSA Grenoble).

Intitulé de la thèse :
« Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain, 1910-1959 »

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes) – Thèse préparée au sein l’équipe d’accueil 7445 MHAevt.

Résumé :
La thèse interroge le processus de conception dans l’œuvre de l’architecte-urbaniste français Henri Prost (1874-1959). Nous qualifions son travail comme « l’architecture du sol urbain », en faisant l’hypothèse qu’il s’agit de l’art de la conception des espaces urbains et des armatures territoriales par l’expression d’une culture spécifique du sol et de la manière d’y inscrire durablement les projets. L’architecture du sol urbain s’intéresse au travail sur la surface de la terre, dans la qualification du sol naturel par une opération de transformation que l’on pourrait qualifier d’architecture de la topographie urbaine. C’est une opération multiscalaire, qui va du territoire à l’objet architectural, pour préparer le sol aux usages de la société humaine à l’aide d’infrastructures, d’espaces publics et d’édifices. Elle s’intéresse aux embrayages entre les échelles, aux articulations spatiales et aux évolutions temporelles. Il s’agit alors de définir la nature du travail de Prost, afin de donner à comprendre la pensée qui est à l’œuvre dans sa pratique du projet. Dans une première partie nous abordons la formation d’une culture spécifique de l’architecture du sol, au moment historique de l’invention de l’urbanisme, entre 1890 et 1917. Pour les architectes français pionniers de l’urbanisme, elle se fait en trois étapes : l’enseignement à l’Ecole des Beaux-Arts, ensuite le séjour à la Villa Médicis à Rome avec les relevés des villes antiques, et enfin les premiers grands projets et concours internationaux. Nous analysons dans la deuxième partie un échantillon de projets emblématiques et représentatifs de la démarche de conception de Prost selon deux grandes catégories que nous qualifions de «séquences de paysage urbain» et «armatures territoriales». Les séquences sont inscrites dans le tissu urbain, on y retrouve des principes d’ouverture spatiale au grand paysage, elles contiennent de larges voies plantées, et s’articulent sur une ou plusieurs places publiques. L’espace public est qualifié et la séquence est bordée ou ponctuée par des édifices publics ou institutionnels. Les armatures territoriales sont marquées par des problématiques abordant principalement des questions de grand paysage et d’infrastructures de voirie. Pour analyser cet échantillon, nous construisons un corpus complémentaire aux dessins originaux du Fonds Prost, par la constitution d’un atlas des projets sélectionnés. Ce recueil de cartes, de coupes et de photographies aériennes permet de disposer d’une collection cohérente de supports pouvant servir comme matériau d’analyse pour chaque cas d’étude, autant que d’outil de lecture comparée. Cette procédure de redessin, qui emprunte aux savoirs faire des outils graphiques d’élaboration et de représentation du projet architectural et urbain, permet de mettre en évidence la particularité de la démarche de Prost, ainsi que les formes récurrentes de son travail, les dispositifs employés par l’architecte urbaniste et l’évaluation de l’impact de ces projets sur la forme actuelle des villes où il est intervenu. Dans la troisième partie nous explorons la pensée à l’œuvre chez Prost dans la fabrique du projet urbain et territorial. En opérant par un regard transversal sur les projets et leurs dispositifs à partir de l’analyse de l’échantillon, l’objectif est de révéler la partie cachée du travail de conception. La lecture de ce processus commencera par expliciter la nature de la culture du projet chez Henri Prost, avant de détailler la méthode et les outils qu’il met en œuvre, de l’arpentage sur les sites pour la connaissance du sol, à la qualification par le projet.

Composition du jury :
Rémi BAUDOUÏ, Professeur, Université de Genève, Rapporteur
Jean-Lucien BONILLO, Professeur, HDR, ENSA de Marseille, Examinateur
Viviane CLAUDE, Professeur, Institut d’urbanisme de Lyon, Examinatrice
Jean-Louis COHEN, Professeur, Institute of Fine Art, New York University, Rapporteur
Corinne  JAQUAND, Maître-assistante, ENSA de Paris-Belleville, Examinatrice
Catherine  MAUMI, Professeur, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse

SOUTENANCE – David Gandreau – Patrimoine archéologique en terre et développement local

DAVID GANDREAU soutiendra sa thèse de doctorat

jeudi 14 décembre 2017 à 14h  à l’ENSA Grenoble.

Intitulé de la thèse :
« Patrimoine archéologique en terre et développement local: enjeux interdisciplinaires et perspectives de formation. »

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes) – Thèse préparée au sein l’équipe d’accueil 7444 AE&CC.

Résumé :
Très présents sur les sites archéologiques, les vestiges d’architecture de terre suscitent un intérêt grandissant, pour la communauté scientifique, pour les autorités en charge de la protection du patrimoine, pour les populations locales et pour le grand public, amateur de tourisme culturel. De plus en plus de projets d’étude, conservation et mise en valeur des vestiges en terre sur les sites archéologiques voient le jour dans le monde, dans une perspective d’apport du patrimoine au développement local et territorial. Ces projets font appel à des compétences multiples, empruntant notamment aux disciplines de l’archéologie, de l’architecture, de la conservation, et au domaine de la valorisation patrimoniale. Des acteurs aux profils variés sont ainsi amenés à collaborer sur des projets à la fois plus nombreux et plus complexes, intégrant les apports et attentes de parties prenantes très diversifiées, dans une approche holistique et contextualisée de gestion du patrimoine (Agnew et Bridgland 2006).
Les modalités de ces nouvelles collaborations sont étudiées en profondeur dans cette thèse, afin d’analyser les enjeux interdisciplinaires et les enjeux de formation qui en résultent. Nous faisons l’hypothèse que les rapprochements entre les différents acteurs concernés par le patrimoine archéologique génèrent des perspectives de formations plus spécifiques, voire l’émergence de nouveaux métiers au carrefour des disciplines, qui seraient en mesure de mieux répondre aux attentes actuelles vis-à-vis de ce patrimoine.
La recherche est fondée sur des enquêtes de terrain et des rencontres d’acteurs menées sur le long terme (quinze années d’exercice scientifique et professionnel), sur cinq sites principaux et douze sites de référence, principalement en Asie, mais aussi en Afrique et en Amérique Latine. Une grille d’analyse permet de confronter les pratiques observées sur ces terrains d’étude aux recommandations internationales en termes d’étude, conservation et valorisation du patrimoine archéologique en terre. Ces recommandations sont issues d’un corpus composé de publications de référence, de chartes et déclarations internationales, de conférences sur l’architecture de terre et de programmes internationaux sur cette thématique. Les résultats de l’analyse comparative nous amènent à faire des propositions méthodologiques et à énoncer des lignes directrices de programmes de formations plus spécifiques. Nous souhaitons ainsi contribuer aux dynamiques de recherche et d’enseignement qui se mettent en place autour du patrimoine archéologique en terre et de son apport au développement local.

Composition du jury :
Hamady BOCOUM, Professeur, Université Cheikh Anta Diop de Dakar, Sénégal, Examinateur
Mme Corinne CASTEL, Directrice de recherche au CNRS, Université Lyon 2 Louis Lumière, Rapporteure
Mme Annick DANEELS, chercheuse, Université Nationale Autonome de México, Examinatrice
Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, Directeur de thèse
Romain LAJARGE, Professeur, HDR, ENSA de Grenoble, Examinateur
Patrick PÉREZ , Maître assistant, HDR, ENSA de Toulouse, Rapporteur

SOUTENANCE – IVAN MAZEL – Habitation écologique et dispersion bâtie

affiche soutenance Ivan Mazel

IVAN MAZEL soutiendra sa thèse de doctorat

mardi 10 octobre 2017 à 13h30 en amphithéâtre Simounet à l’ENSA Grenoble.

Intitulé de la thèse :
« Habitation écologique et dispersion bâtie : les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socioécologiques en territoires de moyenne montagne »

Résumé :

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socioécologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socioécologiques.

L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », écohameaux, habitat participatif rural et écolotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.

SOUTENANCE – OLIVIA GERMON – Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

Olivia GERMON soutiendra sa thèse de doctorat

le 21 mars 2017 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse : Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : laboratoire CRESSON (UMR Ambiances Architectures Urbanités)
Directeur de thèse : Grégoire CHELKOFF

Composition du jury :
Isabelle GINOT Professeure des Universités à l’Université Paris 8 Saint Denis, Rapporteure
Laurent LESCOP  Maître-assistant à l’ENSA Nantes, Rapporteur
Valérie LEBOIS Maître-assistante à l’ENSA Strasbourg, Examinatrice
Jean-Paul THIBAUD Directeur de recherche CNRS, Examinateur

Résumé :

Le sol en tant que support de la vie urbaine est encore peu pensé par la recherche architecturale et urbaine. Dans un monde où la concurrence entre villes se joue entre autres sur la qualité des espaces publics, il est pourtant un élément essentiel des usages pédestres. Le pied le foule, l’œil le fait entrer dans l’horizon perceptif sans qu’on s’y attarde, et sans qu’une recherche approfondie nous en ait montré toutes les dimensions sensibles.

Après un rappel historique des enjeux de l’aménagement du sol urbain, nous nous penchons sur la façon dont celui-ci est très tôt intégré dans la structuration de l’expérience vécue par tout un chacun, notamment lors de l’apprentissage de la marche. Le sol est une donnée première de l’environnement et joue un rôle dans la formation de l’équilibre, du sens de la proprioception. Il participe ainsi à l’arrière-plan corporel de l’expérience, en même temps qu’il est une surface d’échanges. En matière d’architecture et d’urbanisme, nous faisons l’hypothèse que le sol fait partie du fond de l’ambiance : il contribue à l’arrière-plan ambiantal de l’expérience sensorielle des espaces publics. Pour avancer sur ces hypothèses, trois corpus sont constitués : le premier, à partir d’une écoute réactivée de vingt sons enregistrés à Paris, analyse la part du sol dans la qualité sonore de l’ambiance vécue ; le second, issu d’observations et de relevés vidéo sur deux terrains comparés à Barcelone et La Défense, permet d’évoquer les relations entre topographie et mobilité ; le troisième, issu de l’expérimentation de dix parcours commentés effectués les yeux fermés sur une partie du site de La Défense, tente d’approcher l’expérience somatique dans le rapport au sol : comment se joue la relation entre le sol et le « soma » ? Pour conclure, nous discutons les apports réciproques entre Ambiances et Somatiques, deux disciplines au cœur desquelles le sentir est exploré. Que peuvent apporter les somatiques aux ambiances en terme de méthode d’étude, du point de vue théorique et pour l’approche du projet ?

Mots-clés : sol urbain, ambiances urbaines, somatiques, expérience sensible, corps humain

SOUTENANCE – TOUMADHER AMMAR – Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques

TOUMADHER AMMAR soutiendra sa thèse de doctorat

jeudi 16 mars 2017 à 15h à l’ECOLE NATIONALE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME DE TUNIS Rue El Kodes – Sidi Bou Saïd – 2026, La Marsa – Tunisie
salle PETIT AMPHI

Intitulé de la thèse :
« Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques : Les quartiers de Capaci Piccolo et Capaci Grandi à Sousse, à la croisée des cultures ambiantales et urbaines italienne, française et tunisienne»

dirigée par Monsieur JEAN – PAUL THIBAUD et Monsieur JEAN-PIERRE PENEAU
co-tutelle entre l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et avec l’Ecole Nationale D’Architecture et d’Urbanisme de Tunis

Composition du jury :
Mme Tsouria KASSAB, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, rapporteur
M. Faouzi MAHFOUDH,  Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, Rapporteur
Mme Leila  AMMAR, Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Examinateur
M. Jean-Pierre PENEAU,  Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Directeur de these
M. Jean-Paul THIBAUD,  Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble,  Directeur de these

Mots-clés : Ambiance,Métissage,Espace public,Interaction,Devenir,Temporalité
Résumé :
La colonisation et l’immigration créent des espaces dits de l’entre-deux, des « espaces in-between », où les limites et les frontières entre identités et cultures sont remises en question, où sont générés de multiples métissages. Dans le cadre de notre recherche nous nous sommes intéressé plus particulièrement à deux quartiers situés en Tunisie, dans la ville de Sousse, dont les noms sont Gabadgi El Foukani et Gabadgi Loutani , ou en sicilien « Capaci Supra e Capaci Jusu ». Ces deux quartiers portent le nom d’une localité sicilienne, Capaci. Le plus intéressant des faits est que ces lieux ont été construits et occupés par des populations mélangées, majoritairement siciliennes issues de l’immigration. Mais il y avait aussi d’autres communautés bien diversifiées du point de vue des nationalités et des croyances. Ces quartiers ont ensuite été progressivement réinvestis par une population exclusivement tunisienne. Le contexte historique et social de ces quartiers, nous a conduit à porter notre attention sur la relation entre les ambiances, l’espace public urbain et la notion de métissage. La vérification de l’hypothèse d’une persistance de caractéristiques ambiantales spécifiques constitue un réel enjeu scientifique pour cette recherche. Nous avons choisi la notion de métissage plus qu’une autre forme de mélange étant donné qu’elle se présente comme une pensée temporelle. Nous avons par conséquent été mené à interroger les ambiances des quartiers en appréhendant le métissage comme devenir, comme processus de transformation né de la rencontre de l’autre, mais aussi comme une expérience intériorisée vécue dans la durée. Notre méthodologie de travail s’est déployée selon trois mouvements, qui se sont croisés et enrichis mutuellement : observer et raconter, décrire, expérimenter. Les deux premières phases se sont plus concentrées sur le terrain, la troisième s’est présentée sous la forme d’une expérimentation développée sous l’égide d’une installation-projection.