SOUTENANCE – Léa Genis – Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives

LÉA GENIS soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 24 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives. Engagements, épreuves et attachements autour de la réhabilitation du bâti ancien en pisé en Isère.

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse: Hubert Guillaud & Michel Rautenberg

Résumé de la thèse:
Le bâti ancien est aujourd’hui confronté à des enjeux normatifs, environnementaux et patrimoniaux qui favorisent sa réhabilitation et engagent une multiplicité d’acteurs dans cette activité. Ces engagements mettent en débat les savoirs, les mondes professionnels et les attachements que ces acteurs tissent autour des espaces édifiés. La thèse explore ces dynamiques autour du cas particulier du bâti ancien en pisé (bâtiments construits en terre crue damée dans des coffrages) dans le département de l’Isère. L’objectif de ce travail est de comprendre et de décrire comment et par qui ce bâti est mis en projet et réhabilité, dans un double sens d’amélioration physique et de revalorisation d’un objet aux significations multiples. Nous faisons l’hypothèse que les projets de réhabilitation, par les multiples formes d’engagement qu’ils construisent, participent à détacher l’expérience de ce bâti d’une expérience ordinaire. Ces projets mettent à l’épreuve les attachements que leurs porteurs développent autour du bâti existant et de la matière terre qui le constitue autant que les savoirs et les pratiques constructives qui s’y appliquent. Ces épreuves participent à l’émergence de collectifs qui tissent un maillage politique au sein duquel se composent des espaces de dialogue et d’appropriation des usages, de la pratique et du devenir du bâti existant. Pour explorer cette hypothèse, la recherche s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire qui articule ressources théoriques et méthodes développées en architecture, en ethnologie et en sociologie. Elle développe une anthropologie pragmatique des cultures constructives qui compose une problématisation commune entre ces disciplines autour des questions soulevées par la réhabilitation du bâti ancien. L’exploration de ces questions se base sur un travail d’enquête qualitative multi-située. Il décrit les mondes de la réhabilitation en action, en suivant des parcours de projet portés par plusieurs catégories d’acteurs (habitants, professionnels, institutions). La thèse revient d’abord sur les différentes formes d’engagement qui participent à mettre le bâti ancien en projet, de l’intervention sur un bâtiment spécifique à sa mise en valeur de manière générale. Ces expériences de réhabilitation portent l’attention sur différentes qualités du bâti et contribuent à le faire sortir de l’ordinaire. Le bâti ancien en pisé est ainsi engagé – et engage lui-même – dans de multiples réalités. À la fois maison, lieu de vie, lieu de travail, patrimoine local ou architecture de terre, il fait agir, réagir et rentrer en relation les acteurs qui s’y intéressent. La deuxième partie de l’analyse décrit comment la difficulté d’appliquer des protocoles de réhabilitation entraine les porteurs de projet à s’engager dans des épreuves et à chercher des prises leurs permettant de mener à bien leurs projets. Ces épreuves entrainent les acteurs qui s’y investissent à ajuster leurs relations entre eux et avec le bâti au fur et à mesure du processus de projet. À mesure qu’ils s’approprient les savoirs de la réhabilitation, ils développent différentes formes d’attachement autour du bâti. Les projets de réhabilitation contribuent alors à l’émergence de collectifs plus ou moins pérennes qui se réapproprient les modalités d’intervention sur le bâti et les décisions qui le concernent. La thèse s’attache finalement à mieux comprendre les dimensions plurielles (matérielle, constructive, architecturale et interactionnelle) des cultures constructives du pisé et de sa réhabilitation et propose les éléments d’un dialogue à poursuivre avec les acteurs de terrain autour de l’intérêt et des conditions permettant de faire tenir un espace politique autour des usages et du devenir du bâti existant.

Composition du jury :

Hubert GUILLAUD, ENSA Grenoble, Communauté Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Michel RAUTENBERG, Université Jean Monnet Saint-Etienne, Co-Directeur de thèse
Patrick PEREZ, ENSA Toulouse / Université Jean Jaurès, Rapporteur
Jean-Louis TORNATORE, Université de Bourgogne, Rapporteur
Monica ALCINDOR, Escola Superior Gallaecia, Examinatrice
Christelle FOUR, Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Examinatrice

SOUTENANCE – Claire Rosset – Imaginaire du passé et pensée du monde moderne

CLAIRE ROSSET soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 17 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
IMAGINAIRE DU PASSÉ ET PENSÉE DU MONDE MODERNE
Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes)

thèse préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie

Directrice de thèse: Catherine Maumi

Résumé de la thèse:
Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir ». Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est-à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un « nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction». Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Composition du jury :

Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, rapporteur
Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, examinateur
Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, rapporteure
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de thèse
Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, examinateur
Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, examinatrice

SAVE THE DATE ! Journées Doctorales 2018/2019.

Les dates des Journées Doctorales 2018/2019 sont officielles !

Elles auront lieu les :
jeudi 15 novembre 2018
jeudi 7 février 2019
jeudi 11 avril 2019

Notez ces dates dans vos agendas, nous vous attendons nombreux !!
Doctorant.e.s, si vous souhaitez présenter votre travail lors d’une de ces journées, contactez-nous à l’adresse : afaire.asuivre@gmail.com

 

Journée Doctorale _ 25 Avril 2018

Pour la dernière Journée Doctorale de l’année 2017/2018, le 25 Avril 2018 à l’ENSAG, cinq doctorants sont venus nous présenter leurs travaux en cours. Vous retrouverez ici les enregistrements sonores des interventions de Marie De Guillebon, Ryma Hadbi, Vanessa Stassi, Mélina Ramondenc et Malaury Forget.

Lors de cette journée nous avons également eu le plaisir d’écouter une intervention de notre invité extérieur Manuel Bello Marcano, à propos de la contribution de l’anthropologie philosophique à la recherche architecturale.

Invité extérieur : Manuel Bello Marcano
Architecte et Sociologue, Maître assistant à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Étienne, Docteur en Sciences Humaines et Sociales – Laboratoire CIEREC EA 3068 Université Jean Monnet

Retour sur le programme : ICI

Bonne écoute !
À très bientôt pour la prochaine saison 2018/2019 des Journées Doctorales !

Intervention des doctorants :

Marie de Guillebon
Le réemploi en architecture ou l’art d’habiter la terre. Oser l’émancipation d’un système normalisé pour une nouvelle éthique du projet d’architecture.

Ryma Hadbi
L’émotion et l’attachement dans les cités ouvrières des années 1920-1930. Faire patrimoine / Faire projet à l’Abbaye, la Capuche et Jean Macé, trois cités grenobloises au devenir contrasté.

Vanessa Stassi
Atlas sensible de la petite ceinture de Paris.

Mélina Ramondenc
Entre invention et appropriation du réel, la fonction utopique dans les trajectoires des architectes Paul-Jacques Grillo, Jean-Louis Chanéac et Pascal Häusermann.

Malaury Forget
Évolution du paradigme de la frugalité énergétique, exemple de Milton Keynes, Angleterre, 1967-2017.

Intervention de Manuel Bello Marcano :

Panorama du Doctorat 2017/2018

lien vers pdf panorama du doctorat 2017 2018

Panorama du Doctorat 2017 – 2018

Retrouvez (enfin !) notre traditionnel panorama annuel des thèses en préparation à l’ENSAG et des soutenances de 2017 ! Cette année, 40 thèses sont en cours et 5 personnes ont soutenus l’année dernière.

 

Dans le Panorama, vous trouverez les résumés des sujets et également les contacts mails des doctorants, si vous voulez en savoir plus !

Bonne lecture !!

.