Journée Doctorale #1 2018-19

La première Journée Doctorale 2018/2019 de l’ENSAG aura lieu le jeudi 15 novembre 2018, en Amphi Simounet.

Au programme 4 doctorants présenteront leurs travaux : Caterina Franco (MHAevt), Hugo Gasnier (AE&CC CRATerre), Maxime Bonnefoy (Cresson / LiPhy) & Clémence Dupuis (AE&CC Cultures Constructives).

Lors de cette Journée doctorale, nous avons le plaisir d’accueillir en tant qu’invitée extérieur Claire Revol, maîtresse de conférence en géographie aménagement de l’Université Grenoble Alpes, docteure en philosophie au sein de l’UMR 5194 Laboratoire PACTE, équipe Environnements.

Cette Journée doctorale est ouverte à tous les curieux (étudiants de licence ou de master, enseignants, chercheurs) qui souhaitent en savoir plus sur le travail des doctorants de l’ENSAG.

Nous vous attendons nombreux !
pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter : afaire.asuivre@gmail.com

SOUTENANCE – Claire Rosset – Imaginaire du passé et pensée du monde moderne

CLAIRE ROSSET soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 17 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
IMAGINAIRE DU PASSÉ ET PENSÉE DU MONDE MODERNE
Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes)

thèse préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie

Directrice de thèse: Catherine Maumi

Résumé de la thèse:
Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir ». Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est-à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un « nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction». Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Composition du jury :

Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, rapporteur
Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, examinateur
Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, rapporteure
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de thèse
Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, examinateur
Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, examinatrice

Panorama du Doctorat 2017/2018

lien vers pdf panorama du doctorat 2017 2018

Panorama du Doctorat 2017 – 2018

Retrouvez (enfin !) notre traditionnel panorama annuel des thèses en préparation à l’ENSAG et des soutenances de 2017 ! Cette année, 40 thèses sont en cours et 5 personnes ont soutenus l’année dernière.

 

Dans le Panorama, vous trouverez les résumés des sujets et également les contacts mails des doctorants, si vous voulez en savoir plus !

Bonne lecture !!

.

SOUTENANCE – IVAN MAZEL – Habitation écologique et dispersion bâtie

affiche soutenance Ivan Mazel

IVAN MAZEL soutiendra sa thèse de doctorat

mardi 10 octobre 2017 à 13h30 en amphithéâtre Simounet à l’ENSA Grenoble.

Intitulé de la thèse :
« Habitation écologique et dispersion bâtie : les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socioécologiques en territoires de moyenne montagne »

Résumé :

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socioécologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socioécologiques.

L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », écohameaux, habitat participatif rural et écolotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.

[SAVE THE DATE] Conférence + Exposition Claire Rosset

Affiche invitation à l'exposition de Claire Rosset
Rendez-vous à la Grande Galerie de l’ENSAG pour découvrir l’exposition De la construction au récit, être de son temps et de son lieu pour l’architecte du XXe siècle produite par le CAUE de Haute-Savoie sous le commissariat de Claire Rosset (doctorante, MHAevt).
L’exposition sera visible du 10 mars au 5 mai.
Le vernissage aura lieu le jeudi 16 mars à 18h30, avec une visite commentée de l’exposition par Claire Rosset en personne ! Dans le cadre du cycle Séquences d’architecture, elle donnera également une conférence le mardi 21 mars à 18h00 dans l’amphi Maglione.