SOUTENANCE – Rémy Vigneron – Formes et enjeux sociotechniques du périurbain durable : comparaison du Bimby et du New Urbanism

Rémy VIGNERON soutient sa thèse de doctorat

vendredi 23 septembre 2016 à 14h en amphi Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse :
Formes et enjeux sociotechniques du périurbain durable : comparaison du Bimby et du New Urbanism

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : Cultures Constructives – AE&CC
Directrice de thèse : Anne Coste

Co-directeur de thèse :  Stéphane Sadoux

Composition du jury :

  • Anne COSTE, Professeur, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse
  • Laurent DEVISME, Professeur, ENSA de Nantes, Rapporteur
  • Cynthia GHORRA-GOBIN, Directrice de recherche au CNRS, Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, Rapporteur
  • Patricia MEEHAN, Maitre-assistante, ENSA de Normandie, Examinatrice
  • Gilles NOVARINA, Professeur, Institut d’Urbanisme de Grenoble, Université de Grenoble-Alpes, Examinateur
  • Stéphane SADOUX, Maître-assistant, ENSA de Grenoble, Examinateur

Résumé de la thèse :

Dans ce travail nous cherchons à comprendre comment les conditions de projet du renouvellement périurbain modifient les structures de la production de l’habitat périurbain. Le développement durable qui a progressivement gagné toutes les sphères de l’action publique s’attache plus récemment à reconsidérer les modèles de développement d’habitat du périurbain. Dans ce contexte, nous comparons deux pratiques professionnelles récentes, française et américaine, qui reconfigurent le système de production de l’habitat périurbain. Pour mettre cette reconfiguration en évidence nous déployons une réflexion en trois temps. D’abord, nous constatons que ces deux pratiques entrainent une évolution effective des formes urbaines et architecturales. Au prisme de la notion de transition, introduite par la théorie des systèmes sociotechniques, nous montrons qu’au-delà de l’évolution typomorphologique constatée, les logiques de projet de Bimby et du New Urbanism sous-tendent l’implication d’un pluralisme d’acteurs bénéfique. Ensuite, nous présentons et analysons les processus de design charrette et de micro-conception par lesquels les deux pratiques étudiées visent à répondre aux besoins d’une collectivité locale en impliquant une variété d’acteurs. Dans cette partie nous évaluons le degré d’influence des participants sur l’évolution des formes constatée plus tôt. Enfin, par la comparaison nous caractérisons des logiques de projet, des logiques de contrôle ainsi que des figures de l’appropriation par lesquelles le jeu d’acteurs que nous mettons en évidence poursuit une vision durable du périurbain. Nous précisons également les définitions de la co-conception et de la coproduction comme des approches de la médiation situées en amont et en aval des structures de production classiques. Les résultats de cette recherche contiennent plus particulièrement la modélisation des logiques de projet de Bimby et du New Urbanism, la modélisation du système de production de l’habitat périurbain durable, et la modélisation du renouvellement périurbain.

Mots clés  : périurbain durable, micro-conception, co-conception, coproduction, design charette, New Urbanism

SOUTENANCE – HABITER L’IN-VIVU, FORMES DE VISUALISATIONS SONORES – par Eleonor BAK

Eleonor BAK a soutenu sa thèse de doctorat

jeudi 30 juin 2016 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse :
Habiter l’in-vu, Formes de visualisations sonores.

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : Laboratoire CRESSON – UMR 1563
Directeur de thèse : Grégoire Chelkoff

Composition du jury :
Catherine GROUT, Professeure, École nationale supérieure d’architecture et de paysage de Lille, Rapporteur
Marcin SOBIESZZANSKI, Maître de conférences, HDR, Université Nice Sophia Antipolis, Rapporteur
Annie LUCIANI, Ingénieur de Recherche, Institut Polytechnique de Grenoble, Examinateur
M. Grégoire CHELKOFF, ENSA Grenoble, Directeur de thèse

Résumé :
Le paysage sonore relève de la discrétion. L’écoute est une expérience solitaire dont le raffinement potentiel reste difficile à cerner par le langage, contaminé par l’image. Il existerait pourtant des formes de visualisations sonores dans l’art, qui nous permettraient paradoxalement d’aller au plus près des nuances de l’écoute et de révéler des aspects in-vus du paysage. Oubliés, inconscients, peu ou non encore repérées, mais non muets pour cela, ils participeraient à notre habiter. L’expérimentation constructive, c’est-à-dire l’écouter renforcé par un modus operandi spécifique, « la plongée », sorte de technique de chute, progressivement réelle, virtuelle autorisant des ajustements posturaux très fins, et le représenter quasi aveuglément, nous aiderait à les retrouver. La visualisation sonore opèrerait d’abord comme un outil de médiation. Parce qu’elle jongle délibérément avec la multi-sensorialité, elle permettrait de distinguer entre ce qui est donné à voir (figure) et ce qui est donné à vivre (fond). Elle fonctionnerait ensuite comme un support d’analyse, qui nous permettrait d’examiner l’action in situ in vivo d’un corps qui non se représente, mais qui trace pour mieux s’inscrire dans le mouvement. Doté d’une haute réceptivité et créativité, il serait capable d’assimiler le jeu d’une playing aura toujours plus actuelle par la convolution des gestes corporels (postures d’écoute, gestes plastiques) et ambiants (le « déjà là » sans qu’on en ait forcément conscience : les effets de la forme construite, les effets climatiques, culturels et sémantiques). Le mouvoir ensemble des corps et corporéités se densifierait momentanément sous forme de nœuds. L’organisation discrète, néanmoins concrète de ces figures de synthèse des transitions, de ces sommes, esthétiques, sensibles et intensives, que nous appellerons aussi des « motifs » de l’écoute, serait typique. Nos modes exploratoires et de restitution nous appendraient à les lire. Cela nous permettrait non seulement de nous comprendre en tant qu’êtres parmi des créatures tempérées, mais de découvrir un paysage simultanément guide et conséquence, dont l’habiter/construire se déclarerait dans et par son architecturation élastique, poreuse et à pouvoir intime. Nous serions alors en mesure d’opérer un bougé d’apparence du paysage. Nous examinerons l’ensemble de ces expériences à l’aide de notre corpus premier (d’origine artistique), tout en les raisonnant à l’aide de critères d’évaluation mixtes (Art, Architecture). Nous vérifierons nos modes d’exploration et de restitution à l’aide d’examens cognitifs. Nous les réfléchirons encore à travers des arguments phénoménologiques et philosophiques. Nous-nous intéresserons ensuite aux environnements artificiels. Nous pensons en effet qu’ils interviennent dans la texture de nos expériences. Comme elles instaurent des gestuelles normées qui assistent de plus en plus nos actes contemporains d’habiter/construire, elles méritent d’être évaluées. Tout en nous appuyant ici sur notre corpus second, qui se compose d’enquêtes auprès d’autres sujets percevants, nous analyserons les conséquences d’une telle incarcération technologique des gestes et plus précisément le comment elle interfère avec nos perceptions et nos représentations. Nous examinerons également des interfaces sensoriellement et gestuellement enrichies. Nous y étudierons les étiquettes, les décalages et les handicaps culturels. Nous réfléchirons enfin sur l’incorporation de nos mesures à l’intérieur des outils et maquettages existants. Nos modes d’exploration et de restitution s’illustreraient comme des auxiliaires de l’écoute sensible, qui deviendrait communément partageable. Instruments-mêmes d’une linguistique de l’in-vu, dont le spontané sophistiqué nous aiderait de nous mettre à la place de l’autre, ils permettraient de créer des connexions, de partager et de croiser nos idées, de faire évoluer nos interconnaissances et de concevoir des constructions collaboratives

Mots clés :
habiter, construire, environnements naturels et artificiels, gestes corporels et ambiants, visualisation sonore, expérimentation, modélisation, techniques, technologies, outils, interfaces, art, architecture, cultures, médiation, langage

SOUTENANCE – L’URBAIN ET LA MORT : AMBIANCE D’UNE RELATION par Pascaline THIOLLIERE

Pascaline THIOLLIERE soutient sa thèse de doctorat

lundi 13 juin 2016 à 14h dans l’Amphithéâtre Haut (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse :
L’urbain et la mort : ambiance d’une relation.

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : Laboratoire CRESSON – UMR 1563
Directeur de thèse : Grégoire Chelkoff

Composition du jury :
M. Laurent DEVISME, ENSA Nantes, Rapporteur
M. Xavier BONNAUD, ENSA Paris-La Villette, Rapporteur
Mme Vinciane DESPRET, Université de Liège, Examinateur
Mme Laurence ALGUDO, Mairie de Seyssins, Examinateur
M. Grégoire CHELKOFF, ENSA Grenoble, Directeur de thèse

Résumé :
La ritualité funéraire est en France depuis le tournant du 21ème siècle en profonde transformation, ce qui interroge fortement la relation entre la ville et la mort. Un certain rejet du cimetière standardisé et de ses contraintes s’exprime par le recours toujours plus fréquent à la crémation et à la dispersion. La matérialité de la cendre amène à une dématérialisation et une localisation plus diffuse des morts. Celles-ci sont renforcées par l’usage croissant de supports numériques (page mémorial, réseaux sociaux, cimetières virtuels) qui ouvrent de nouveaux espaces-temps pour l’entretien de la relation aux morts et participent à redéfinir la spatialité du deuil. En outre, les considérations écologiques se révèlent aujourd’hui structurantes et bouleversent le domaine du funéraire tant au niveau pratique qu’au niveau des représentations.
Nous faisons l’hypothèse que le tissage de notre relation aux morts passe par le corps, par ses mouvements et ses gestes qui matérialisent et donnent une ambiance à cette relation. Ainsi, à partir de cette approche sensible des ambiances, les dispositifs construits et paysagers sont appréhendés comme des mises en condition spatiales, temporelles, mais aussi corporelles, qui participent à la construction de la relation à la mort et aux morts et façonnent en partie le vécu intime du deuil. Les seuils, les rythmes et les gestes en jeu dans l’espace urbain sont des leviers pour la connaissance et la conception des relations entre l’urbain et la mort.
En ce sens, nous identifions des intentionnalités particulièrement relevantes dans l’expérience du deuil (accompagner, entretenir, se recueillir, cheminer), qui sont mises en rapport avec les possibilités d’actions liées à l’espace construit et paysager. Ce travail permet de révéler des manques et des ressources, et ainsi, d’envisager le renouvellement des critères sur lesquels s’appuie la conception des espaces de la mort à l’échelle architecturale et urbaine.

Mots clés :
cimetières, espace public, espace intime, deuil, seuils, mises en geste

Journée Doctorale _ 6 Avril 2016

Lors de la dernière Journée Doctorale de l’année 2015/2016 qui s’est déroulé à l’ENSAG le 6 Avril 2016, deux doctorants ont présenté leur travail en cours. Vous pouvez donc retrouver les interventions d’Hugo Gasnier et Coline Philibert.

Les candidatures sont, d’ores et déjà, ouvertes pour les doctorants qui souhaiterais présenter leur travail pour la saison des Journée Doctorale 2016/2017. Pour cela vous pouvez contacter directement le collectif A Faire/A Suivre par mail : afaire.asuivre@gmail.com ,ou  en discuter avec les organisateurs : Charline Daud (Cresson), Caterina Franco (MHA-evt) et Léa Genis (AE&CC)

Retour sur le programme : ICI.

Bonne écoute !

Hugo Gasnier
Terres de rebut : ressource pour la construction de la ville éco-responsable

Coline Philibert
Le recyclage des immeubles de logements sociaux de la seconde moitié du XXe siècle en France (1980-2016), l’enjeu d’une contemporanéité au service de la mémoire habitante

On se retrouve après l’été pour une nouvelle saison des Journées Doctorales de l’ENSAG 2016/2017 !

Journée doctorale 2016 #3, Rendez vous le 6 avril !

C’est parti pour la troisième journée doctorale de l’année 2015-2016 !

Rendez-vous le mercredi 6 avril 2016, en Amphi Simounet !

Au programme de cette troisième rencontre :

Deux doctorants présenteront l’avancée de leurs travaux : Hugo Gasnier et Coline Philibert.

Ce sera également l’occasion pour les nouveaux représentants des doctorants à l’ENSAG (Hugo Gasnier, Théo Marchal et Ivan Mazel) de se présenter..

Nous terminerons cette matinée par une discussion collective sur les perspectives à engager pour les journées doctorales 2016-2017

Cette Journée doctorale est ouverte à tous les curieux (étudiants de licence ou de master, enseignants, chercheurs) qui souhaitent en savoir plus sur le travail des doctorants de l’ENSAG.

Vous trouverez le programme ICI, et nous vous attendons nombreux !
pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter : afaire.asuivre@gmail.com