Journée Doctorale _ 26 Avril 2017

Lors de la dernière Journée Doctorale de l’année 2016/2017 qui s’est déroulé à l’ENSAG le 26 Avril 2017, quatre doctorants ont présenté leur travail en cours. Vous pouvez donc retrouver les interventions de Mauricio Corba Barreto, Samiha Hamdi, Benoit D’Almeida et Élise Simon.

Nous avons également le plaisir de partager l’intervention de notre invitée extérieure Anne Querrien, accompagnée d’Anthony Pecqueux, dans un dialogue autour du travail de chercheur et d’éditeur. Vous trouverez ci dessous l’enregistrement audio, ainsi que le format papier préparé par Anne Querrien pour son intervention.

Les candidatures sont, d’ores et déjà, ouvertes pour les doctorants qui souhaiteraient présenter leur travail pour la saison des Journée Doctorale 2017/2018. Pour cela vous pouvez contacter directement le collectif A Faire/A Suivre par mail : afaire.asuivre@gmail.com, ou en discuter avec les organisateurs : Caterina Franco (MHA-evt), Léa Genis (AE&CC) Marie DeGuillebon (AE&CC), Maïlys Toussaint (Cresson) et Élise Simon (MHA-evt).

Invitée extérieure : Anne QUERRIEN
Sociologue et urbaniste, co-directrice de la revue Multitudes www.multitudes.net, et responsable de la rédaction de la revue Annales de la Recherche Urbaine (1985-2010)

Retour sur le programme : ICI

Bonne écoute !

 

Mauricio Corba Barreto
L’impact des infrastructures scolaires sur l’amélioration de l’habitat valorisant l’emploi des éco-matériaux locaux en région subsaharienne.

Samiha Hamdi
Jeunes et action politique : comportement électoral, nouvelles formes d’expression dans l’espace urbain.

Benoît D’Almeida
Le modèle de la cité-jardin comme une des références possibles pour la transformation des villes latino-américaines ? Expérimentation sur la ville de Guadalajara, Mexico.

Elise Simon
Écosystèmes fonciers et établissements humains. Du partage du sol aux morphologies bâties et paysagères : quels modes d’habiter les territoires ?

Anne Querrien et Anthony Pecqueux
Retour sur un itinéraire de chercheur. (Format papier : ICI)

Journée d’étude #2 du cycle « De l’ouverture du process projectuel »

Programme journée d'études "De l'ouverture des aooroches pédagogiques"

Après la première journée en mai 2016 autour des « Regards de Chercheurs », la deuxième journée d’étude de ce cycle, intitulée « De l’ouverture des approches pédagogiques. Ou la prise en compte des transformations du rôle et des métiers de l’architecte », aura lieu le mardi 25 avril 2017 à l’ENSAG en amphi haut..

Cette journée, organisée par le laboratoire MHAevt et coordonné par Charline Sowa et Stéphanie Dadour,  s’intéressera à l’enseignement et aux approches pédagogiques prenant en compte ces réalités dans l’exercice de l’architecte aujourd’hui : le rôle de l’étudiant, les relations enseignant-étudiant, l’implication de l’étudiant-architecte au sein d’une chaine d’acteurs, l’implication des futurs usagers, la collaboration avec différents corps de métier, le travail collaboratif, etc.

La journée est ouverte à tous et l’entrée est libre.
Plus d’informations sur le site officiel !

 

3ème Journée Doctorale 2016/2017 le mercredi 26 avril !

La troisième et dernière journée doctorale de cette année 2016-2017 aura lieu le mercredi 26 avril 2017, en Amphi Haut à l’ENSAG.

Au programme 4 doctorants de l’ENSAG présenteront leurs travaux Mauricio Corba Barreto, Samiha Hamdi, Elise Simon et Benoît D’Almeida.

Par ailleurs, lors de chaque Journée doctorale, nous nous attachons à solliciter un invité extérieur qui vient porter un regard nouveau sur les travaux de recherche effectués à l’ENSAG. Ce mercredi 26 avril, nous aurons le plaisir d’accueillir Anne Querrien, sociologue et urbaniste, directrice de la revue Multitudes, responsable de la rédaction de la revue Annales de la Recherche Urbaine de 1985 à 2010.

Cette Journée doctorale est ouverte à tous les curieux (étudiants de licence ou de master, enseignants, chercheurs) qui souhaitent en savoir plus sur le travail des doctorants de l’ENSAG.

Nous vous attendons nombreux !
pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter : afaire.asuivre@gmail.com

SOUTENANCE – OLIVIA GERMON – Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

Olivia GERMON soutiendra sa thèse de doctorat

le 21 mars 2017 à 14h dans l’Amphithéâtre Simounet (ENSA-Grenoble)

Intitulé de la thèse : Le sol urbain : un arrière plan de l’expérience somatique des ambiances urbaines

École Doctorale 454 – SHPT (Université de Grenoble-Alpes)
Laboratoire d’accueil : laboratoire CRESSON (UMR Ambiances Architectures Urbanités)
Directeur de thèse : Grégoire CHELKOFF

Composition du jury :
Isabelle GINOT Professeure des Universités à l’Université Paris 8 Saint Denis, Rapporteure
Laurent LESCOP  Maître-assistant à l’ENSA Nantes, Rapporteur
Valérie LEBOIS Maître-assistante à l’ENSA Strasbourg, Examinatrice
Jean-Paul THIBAUD Directeur de recherche CNRS, Examinateur

Résumé :

Le sol en tant que support de la vie urbaine est encore peu pensé par la recherche architecturale et urbaine. Dans un monde où la concurrence entre villes se joue entre autres sur la qualité des espaces publics, il est pourtant un élément essentiel des usages pédestres. Le pied le foule, l’œil le fait entrer dans l’horizon perceptif sans qu’on s’y attarde, et sans qu’une recherche approfondie nous en ait montré toutes les dimensions sensibles.

Après un rappel historique des enjeux de l’aménagement du sol urbain, nous nous penchons sur la façon dont celui-ci est très tôt intégré dans la structuration de l’expérience vécue par tout un chacun, notamment lors de l’apprentissage de la marche. Le sol est une donnée première de l’environnement et joue un rôle dans la formation de l’équilibre, du sens de la proprioception. Il participe ainsi à l’arrière-plan corporel de l’expérience, en même temps qu’il est une surface d’échanges. En matière d’architecture et d’urbanisme, nous faisons l’hypothèse que le sol fait partie du fond de l’ambiance : il contribue à l’arrière-plan ambiantal de l’expérience sensorielle des espaces publics. Pour avancer sur ces hypothèses, trois corpus sont constitués : le premier, à partir d’une écoute réactivée de vingt sons enregistrés à Paris, analyse la part du sol dans la qualité sonore de l’ambiance vécue ; le second, issu d’observations et de relevés vidéo sur deux terrains comparés à Barcelone et La Défense, permet d’évoquer les relations entre topographie et mobilité ; le troisième, issu de l’expérimentation de dix parcours commentés effectués les yeux fermés sur une partie du site de La Défense, tente d’approcher l’expérience somatique dans le rapport au sol : comment se joue la relation entre le sol et le « soma » ? Pour conclure, nous discutons les apports réciproques entre Ambiances et Somatiques, deux disciplines au cœur desquelles le sentir est exploré. Que peuvent apporter les somatiques aux ambiances en terme de méthode d’étude, du point de vue théorique et pour l’approche du projet ?

Mots-clés : sol urbain, ambiances urbaines, somatiques, expérience sensible, corps humain

SOUTENANCE – TOUMADHER AMMAR – Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques

TOUMADHER AMMAR soutiendra sa thèse de doctorat

jeudi 16 mars 2017 à 15h à l’ECOLE NATIONALE D’ARCHITECTURE ET D’URBANISME DE TUNIS Rue El Kodes – Sidi Bou Saïd – 2026, La Marsa – Tunisie
salle PETIT AMPHI

Intitulé de la thèse :
« Le métissage culturel comme générateur d’ambiances et de formes urbaines spécifiques : Les quartiers de Capaci Piccolo et Capaci Grandi à Sousse, à la croisée des cultures ambiantales et urbaines italienne, française et tunisienne»

dirigée par Monsieur JEAN – PAUL THIBAUD et Monsieur JEAN-PIERRE PENEAU
co-tutelle entre l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et avec l’Ecole Nationale D’Architecture et d’Urbanisme de Tunis

Composition du jury :
Mme Tsouria KASSAB, Ecole Polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme d’Alger, rapporteur
M. Faouzi MAHFOUDH,  Faculté des Lettres, des Arts et des Humanités de la Manouba, Rapporteur
Mme Leila  AMMAR, Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Examinateur
M. Jean-Pierre PENEAU,  Ecole Nationale d’Architecture et d’Urbanisme de Tunis, Directeur de these
M. Jean-Paul THIBAUD,  Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble,  Directeur de these

Mots-clés : Ambiance,Métissage,Espace public,Interaction,Devenir,Temporalité
Résumé :
La colonisation et l’immigration créent des espaces dits de l’entre-deux, des « espaces in-between », où les limites et les frontières entre identités et cultures sont remises en question, où sont générés de multiples métissages. Dans le cadre de notre recherche nous nous sommes intéressé plus particulièrement à deux quartiers situés en Tunisie, dans la ville de Sousse, dont les noms sont Gabadgi El Foukani et Gabadgi Loutani , ou en sicilien « Capaci Supra e Capaci Jusu ». Ces deux quartiers portent le nom d’une localité sicilienne, Capaci. Le plus intéressant des faits est que ces lieux ont été construits et occupés par des populations mélangées, majoritairement siciliennes issues de l’immigration. Mais il y avait aussi d’autres communautés bien diversifiées du point de vue des nationalités et des croyances. Ces quartiers ont ensuite été progressivement réinvestis par une population exclusivement tunisienne. Le contexte historique et social de ces quartiers, nous a conduit à porter notre attention sur la relation entre les ambiances, l’espace public urbain et la notion de métissage. La vérification de l’hypothèse d’une persistance de caractéristiques ambiantales spécifiques constitue un réel enjeu scientifique pour cette recherche. Nous avons choisi la notion de métissage plus qu’une autre forme de mélange étant donné qu’elle se présente comme une pensée temporelle. Nous avons par conséquent été mené à interroger les ambiances des quartiers en appréhendant le métissage comme devenir, comme processus de transformation né de la rencontre de l’autre, mais aussi comme une expérience intériorisée vécue dans la durée. Notre méthodologie de travail s’est déployée selon trois mouvements, qui se sont croisés et enrichis mutuellement : observer et raconter, décrire, expérimenter. Les deux premières phases se sont plus concentrées sur le terrain, la troisième s’est présentée sous la forme d’une expérimentation développée sous l’égide d’une installation-projection.