Carte postale de Barèges (65)

Ci-dessous quelques photos transmises par Manon Scotto (MHAevt), de retour d’un déplacement sur le terrain entre Bordeaux et les Pyrénées, à la rencontre, entre autres, de l’architecte Pierre Lajus. 

Ces photographies représentent un chalet préfabriqué bois réalisé par cet architecte (que l’on voit sur les photos), maison immergée dans le massif pyrénéen.

{ Cartes postales du terrain } compilation du mois de juillet !

Si les bureaux de nos laboratoires respectifs se vident, ce n’est pas seulement à l’approche des vacances ; plusieurs doctorantes profitent du temps favorable de l’été pour faire quelques séjours sur le terrain…

Ci-dessous les photographies partagées par :

  • Clémence Dupuis (AE&CC – Cultures Constructives), partie deux semaines fin juin avec Pétronille Blondeau (stagiaire) à Saint Eloy les Mines, près de Clermont-Ferrand ;
  • Anaïs Gueguen (AE&CC – CRATerre), depuis plusieurs mois au Brésil où elle effectue sa co-tutelle de thèse ;
  • Malaury Forget (AE&CC – Cultures Constructives), à Venise pour le colloque international AESOP où elle a communiqué ;
  • Lucie Boissenin (AE&CC – Cultures Constructives), partie faire quelques derniers entretiens et relevés en Italie, dans la Province d’Avellino.
Saint Eloy les Mines (63) – Clémence Dupuis
Maison des prières de la communauté Ita Endy, São Paulo, Brésil – Anaïs Gueguen
Venise, depuis le Ponte dell’Accademia – Malaury Forget
Cairano (Campanie, Italie), réhabilitation du village – Lucie Boissenin

Pique-nique de fin d’année !

Comme chaque été, les doctorants de l’ENSAG se sont retrouvés ce mardi midi pour fêter de manière conviviale la fin d’une nouvelle année universitaire ! 
Ici quelques photos du pique-nique, qui a eu lieu dans le Parc de la Villeneuve :

photo de groupe des doctorants de l'ENSAG
Petite photo de groupe !

Merci à ceux qui étaient présents d’avoir permis à la tradition de se poursuivre et d’avoir ravis les papilles des collègues ! Bel été à tous, et rendez-vous à la rentrée pour ceux qui poursuivent le chemin 🙂

SOUTENANCE – Marie De Guillebon – Vers une pratique du réemploi en architecture

MARIE DE GUILLEBON soutiendra sa thèse de doctorat
mardi 14 mai à 14h à l’ENSA Grenoble (salle à définir).

Titre de la thèse :

Vers une pratique du réemploi en architecture. Expérimentations, outils, approches

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Cultures Constructives, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directrice de thèse:  Anne Coste

Résumé de la thèse:

Le monde de la construction est aujourd’hui confronté aux exigences et enjeux de la transition socio-écologique. La discipline de l’architecture évolue afin de tendre vers une architecture plus éco-responsable tant du point de vue technique que culturel, économique que juridique. Le réemploi, moins développé que le recyclage, est une pratique qui s’émancipe à grande vitesse et peine à s’insérer dans le système de production normalisé et standardisé imputé par le système industriel et socio-technique actuel.

La thèse s’inscrit dans le cadre théorique de la transition socio-écologique qui propose une vision plus large [1] des changements de paradigme à opérer en intégrant, au-delà du seul versant technique (énergie) l’ensemble des actions sociales et des comportements dites écologiques. Nous situons en ce sens notre recherche dans le cadre théorique que propose Sylvain Lavelle[2] qui opte pour « une transition plus juste ».[3] Il défend une transition polymorphe qui se fonde sur un changement d’oikos, de tekhnè, d’ethos et de muthos, dépassant ainsi la seule question énergétique et intégrant des principes de justice sociale, de relation à l’environnement, d’éthique et de nouvelles narrations socio-culturelles. Nous y lisons un programme d’action transposable à la pratique du réemploi et plus globalement à la discipline architecturale.

Ce travail de thèse questionne les potentiels de cette pratique à induire d’autres approches et outils de projet pour tendre vers une architecture véritablement éco-responsable. Nous proposons la définition d’oïko-responsable pour appuyer sur la nécessité d’un changement de regard sur ce terme, et donner à lire le programme d’actions qu’il suppose.

Bien que philosophiques, ces définitions nous ont servis de grilles de lecture et d’analyse des pratiques expérimentales et des outils d’un double corpus de pratiques opérationnelles (huits acteurs) et pédagogique (un module) ; elles nous ont également permis de défricher le fond d’engagement et de sens de cette pratique.

Les enjeux de ce travail de recherche consistent à faire l’état des lieux de cette pratique émergente et poser un regard sur la manière dont elle oriente la triple pratique de l’architecture.

Il conviendra alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle le réemploi peut induire une architecture oikos-responsable en mobilisant la triple activité de pratique opérationnelle, pédagogique et de recherche. Pour cela, nous proposons un premier temps démontrant comment les praticiens travaillent à sa professionnalisation en réinsérant la dynamique expérimentale dans le processus de projet. Un second temps démontrent leurs capacités à  redéfinir ou créer des outils propres au réemploi à mêmes de répondre à cette mutation écoresponsable. Ces deux temps tirent un portrait d’acteurs qui sollicitent, en définitive, cette pratique du réemploi comme un outil pour réinterroger la déontologie des pratiques d’architecte.

[1] Dominique Bourg montrait en 2012 le passage nécessaire de la notion de développement durable vers celle de transition socio-écologique (Bourg, 2012)

[2] Enseignant-chercheur en philosophie à l’Icam Paris-Sénart et de Lille ainsi qu’à l’EHESS Paris

[3] Un nouveau récit pour une transition juste, Sylvain LAVELLE – 2015 ; Revue Projet 2015/1 (N° 344 ), p 96

 

Composition du jury :

Coste Anne (directrice de thèse), Professeure HDR en histoire de la l’architecture Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures constructives (Labex AE&CC) 60 avenue Constantine Grenoble
 
Barles Sabines (Rapporteur  1), Professeure HDR en génie civil et urbanisme, Université Paris C.R.I.A.
 
Bonnaud Xavier (Rapporteur 2), Architecte, docteur en urbanisme (Institut d’Urbanisme de Paris), HDR en architecture et professeur d’architecture à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette
 
Ghyoot Michaël, architecte, docteur en art de bâtir, Faculté d’architecture de l’Université libre de Bruxelles, Membre du groupe ROTOR (Belgique)
 
Lavelle Sylvain, Docteur en philosophie (Paris-Sorbonne), enseignant de philosophie à l’ICAM Paris Sénart, directeur du Centre Ethique, Technique et Société de l’ICAM, chercheur associé à un laboratoire de l’école des Hautes études en Sciences Sociales (GSPR), membre du comité scientifique de la revue Philosophy and Technology

 

 

SOUTENANCE – Hugo Gasnier – Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

HUGO GASNIER soutiendra sa thèse de doctorat
vendredi 10 mai à 9h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse:  Hubert Guillaud & Thierry Joffroy

Résumé de la thèse:

La thèse explore les potentiels d’utilisation des terres de déblais comme matériau de construction et examine la pertinence d’une valorisation de cette ressource pour une construction soutenable dans le contexte français actuel avec un focus plus particulier sur la région parisienne. Elle s’articule autour d’une double question qui s’inscrit dans le cadre de la transition écologique des milieux habités : est-t-il pertinent de transformer les terres d’excavation générées par les chantiers des grands centres urbains en ressource pour l’architecture et quels potentiels offrent-elles pour la construction de la ville durable?

La croissance des grandes villes entraine chaque année la production de millions de tonnes de terres de déblais qui sont issues des terrassements nécessaires à la construction de nouveaux immeubles ou extraites lors de la création d’infrastructures de transport (tunnels, gares, routes, …). À lui seul, le chantier du Grand Paris Express « devrait peser de 30 à 40 millions de tonnes »  de terres d’excavation qui seront principalement acheminées par péniches en dehors de Paris pour être stockées ou enfouies dans des sites adaptés. Ce processus représente un coût financier, énergétique et écologique phénoménal et l’enfouissement d’une ressource pourtant potentiellement utilisable, d’où l’intérêt de s’interroger sur les possibilités d’utilisation de ces terres comme matériau de construction.

Au commencement de cette thèse en 2015, peu de recherches et encore moins de pratiques portaient sur ce sujet. Or, dès les premières rencontres, les acteurs ont exprimés leur intérêt pour cette possible valorisation des terres de déblais comme ressource.

Il était donc temps, d’une part, de faire le point sur les connaissances scientifiques concernant la matière terre, les pratiques actuelles en architecture de terre et les professionnels spécialistes de la construction en terre. D’autre part, il s’agissait de décrypter le contexte et le système des acteurs des terres d’excavation sur le territoire du Grand Paris. Enfin, la présence d’acteurs motivés sur le Grand Paris a facilité la réflexion prospective sur le potentiel d’utilisation de ces terres en architecture, y compris en ayant la possibilité d’en observer les premiers résultats concrets.

Composition du jury:

Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, directeur de thèse

Thierry JOFFROY, Chercheur, HDR, ENSA de Grenoble, co-directeur de thèse

Thomas JUSSELME, Professeur, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, examinateur

Judith LE MAIRE, Professeure, Université Libre de Bruxelles, rapporteure

Camilla MILETO, Professeure, Université Polytechnique de Valencia, rapporteure

Chris YOUNES, Professeure, HDR, École Spéciale d’Architecture, présidente du jury