« Questions d’architecture » – cycle de cours tous publics animés par des doctorantes

Depuis l’année 2017-2018, Manon Scotto et Elise Simon, doctorantes au laboratoire MHAevt de l’ENSAG, anime des cours du soir, à l’ENSAG, en partenariat avec l’UIAD (Université Inter-âge du Dauphiné).

Ces leçons d’architecture interrogent la manière dont les espaces que nous habitons sont conçus, représentés, et construits. Utilisant l’histoire comme méthode de recherche, l’architecture est
ici considérée dans ses dimensions matérielles en tant qu’espace fabriqué, et conceptuelle dans ses dimensions théoriques, historiques ou encore idéologiques. 

Il s’agit donc de comprendre quels sont les outils intellectuels mobilisés pour penser l’espace dans ses différentes échelles, de l’édifice bâti au territoire.


Prochains rendez-vous : 

  • jeudi 24 janvier
    Construire l’architecture : acteurs du projet
  • jeudi 7 février
    Travail en atelier
  • jeudi 7 mars
    Partager le sol : acteurs et chercheurs du foncier
  • jeudi 21 mars
    Quelle architecture pour demain ?
  • jeudi 4 avril
    Quels territoires pour demain ?
  • jeudi 11 avril
    Présentation des travaux et synthèse

Panorama des sources en architecture – mise à jour 2018

Lors de la Journée Doctorale du 15 novembre dernier, nous avons eu la chance d’écouter Françoise Acquier et Murielle Serlet, chargées de l’information et de la documentation respectivement dans les laboratoires  CRESSON et AE&CC de l’ENSAG. 

Elles nous ont proposé un panorama des sources en architecture, une thématique déjà proposée en 2015… mais qui a connu quelques évolutions et méritait une petite mise à jour.

> Télécharger la présentation : Panorama 2018 des Sources Archi <

Les points suivants ont été abordés :
– Les centres de documentation
– Les catalogues de bibliothèques
– Les moteurs de recherche
– Les bases de données
– Les archives ouvertes
– Les réseaux sociaux
– Boîte à outils du doctorant
– Pratiques éditoriales : modèle traditionnel, voie verte, voie dorée.

Merci à elles pour leur disponibilité ! 

 

 

Réunion du collectif sur les élections à l’ENSAG

Ce mercredi 24 octobre 2018 le collectif A faire \ A suivre s’est réuni pour discuter des importants changements se mettant en place actuellement autour de la gouvernance des ENSAs.  
Nous avons la possibilité de siéger dans différentes instances, dont les élections sont en préparation à l’ENSAG (en tant que doctorants dans la Commission Recherche, ou en tant qu’étudiants dans la Conseil d’Administration et la Commission des Formations et de la Vie Etudiante).

Nous nous sommes réunis dans la salle son du laboratoire CRESSON.

Afin de rester fidèle à l’esprit originel d’A faire \ A suivre, nous avons donc organisé une réunion afin de se concerter tous ensemble et proposer des candidatures communes, soutenues par l’ensemble des doctorants inscrits à l’école. 

Ce moment a été l’occasion de prendre un temps d’information afin que chacun comprenne le rôle de ces nouvelles instances et la place donnée aux doctorants et à la recherche au sein de l’ENSAG, de recenser les premières intentions de candidature et que ces personnes-là puissent se présenter et éclaircir leurs motivations auprès de l’ensemble du collectif. Ce fut également l’occasion de réaffirmer le rôle du collectif A faire \ A suivre de tisser des liens entre les quatre laboratoires de l’ENSAG et de porter un discours unanime, représentant l’intérêt de l’ensemble des doctorants au-delà de l’appartenance à un laboratoire, et des spécificités de chaque thèse. 

Merci à tous ceux qui ont participé à cette réunion ! 

Rappels

Cette élection nous concerne directement, et la place qui nous est accordée ici est une chance pour porter la voix des doctorants et de la recherche au sein des ENSAs.

La deadline pour la formalisation des candidatures étant fixée au mardi 30 octobre à 17h.

Dans tous les cas, il est important que vous veniez voter le 20 novembre 2018 entre 9h et 17h (ou vous rapprochiez de nous si vous n’êtes pas présent ce jour – afaire.asuivre@gmail.com) 

SOUTENANCE – Léa Genis – Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives

LÉA GENIS soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 24 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives. Engagements, épreuves et attachements autour de la réhabilitation du bâti ancien en pisé en Isère.

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse: Hubert Guillaud & Michel Rautenberg

Résumé de la thèse:
Le bâti ancien est aujourd’hui confronté à des enjeux normatifs, environnementaux et patrimoniaux qui favorisent sa réhabilitation et engagent une multiplicité d’acteurs dans cette activité. Ces engagements mettent en débat les savoirs, les mondes professionnels et les attachements que ces acteurs tissent autour des espaces édifiés. La thèse explore ces dynamiques autour du cas particulier du bâti ancien en pisé (bâtiments construits en terre crue damée dans des coffrages) dans le département de l’Isère. L’objectif de ce travail est de comprendre et de décrire comment et par qui ce bâti est mis en projet et réhabilité, dans un double sens d’amélioration physique et de revalorisation d’un objet aux significations multiples. Nous faisons l’hypothèse que les projets de réhabilitation, par les multiples formes d’engagement qu’ils construisent, participent à détacher l’expérience de ce bâti d’une expérience ordinaire. Ces projets mettent à l’épreuve les attachements que leurs porteurs développent autour du bâti existant et de la matière terre qui le constitue autant que les savoirs et les pratiques constructives qui s’y appliquent. Ces épreuves participent à l’émergence de collectifs qui tissent un maillage politique au sein duquel se composent des espaces de dialogue et d’appropriation des usages, de la pratique et du devenir du bâti existant. Pour explorer cette hypothèse, la recherche s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire qui articule ressources théoriques et méthodes développées en architecture, en ethnologie et en sociologie. Elle développe une anthropologie pragmatique des cultures constructives qui compose une problématisation commune entre ces disciplines autour des questions soulevées par la réhabilitation du bâti ancien. L’exploration de ces questions se base sur un travail d’enquête qualitative multi-située. Il décrit les mondes de la réhabilitation en action, en suivant des parcours de projet portés par plusieurs catégories d’acteurs (habitants, professionnels, institutions). La thèse revient d’abord sur les différentes formes d’engagement qui participent à mettre le bâti ancien en projet, de l’intervention sur un bâtiment spécifique à sa mise en valeur de manière générale. Ces expériences de réhabilitation portent l’attention sur différentes qualités du bâti et contribuent à le faire sortir de l’ordinaire. Le bâti ancien en pisé est ainsi engagé – et engage lui-même – dans de multiples réalités. À la fois maison, lieu de vie, lieu de travail, patrimoine local ou architecture de terre, il fait agir, réagir et rentrer en relation les acteurs qui s’y intéressent. La deuxième partie de l’analyse décrit comment la difficulté d’appliquer des protocoles de réhabilitation entraine les porteurs de projet à s’engager dans des épreuves et à chercher des prises leurs permettant de mener à bien leurs projets. Ces épreuves entrainent les acteurs qui s’y investissent à ajuster leurs relations entre eux et avec le bâti au fur et à mesure du processus de projet. À mesure qu’ils s’approprient les savoirs de la réhabilitation, ils développent différentes formes d’attachement autour du bâti. Les projets de réhabilitation contribuent alors à l’émergence de collectifs plus ou moins pérennes qui se réapproprient les modalités d’intervention sur le bâti et les décisions qui le concernent. La thèse s’attache finalement à mieux comprendre les dimensions plurielles (matérielle, constructive, architecturale et interactionnelle) des cultures constructives du pisé et de sa réhabilitation et propose les éléments d’un dialogue à poursuivre avec les acteurs de terrain autour de l’intérêt et des conditions permettant de faire tenir un espace politique autour des usages et du devenir du bâti existant.

Composition du jury :

Hubert GUILLAUD, ENSA Grenoble, Communauté Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Michel RAUTENBERG, Université Jean Monnet Saint-Etienne, Co-Directeur de thèse
Patrick PEREZ, ENSA Toulouse / Université Jean Jaurès, Rapporteur
Jean-Louis TORNATORE, Université de Bourgogne, Rapporteur
Monica ALCINDOR, Escola Superior Gallaecia, Examinatrice
Christelle FOUR, Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Examinatrice