SOUTENANCE – Lucie Boissenin (AE&CC)

Lucie BOISSENIN soutiendra sa thèse 
le lundi 19 octobre 2020 à l’ENSAG, à 14h en amphi Simounet.

Titre de la thèse :

RÉHABILITER ET RÉ-HABITER LE PATRIMOINE BÂTI
Analyse du rôle du projet d’architecture dans la construction du développement territorial

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe Cultures Constructives, Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives

Directeure et co-directrice de thèse:  Romain Lajarge & Anne Coste

Résumé de la thèse:

La thèse interroge le rôle du projet d’architecture, relatif au patrimoine bâti, dans la construction de processus de développement territorial. Le développement territorial induit des améliorations d’ordre économique, social, environnemental et politique dans un territoire, et notamment une « augmentation de la capacité des acteurs à maîtriser les dynamiques d’évolution qui les concernent » (Deffontaines, Marcelpoil, Moquay, 2001). Ce dernier point est primordial : l’un des enjeux majeurs du développement territorial est la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés, qui par leurs actions conjointes et quotidiennes, apporteront ces améliorations à leur cadre de vie. Le patrimoine bâti est vecteur de mobilisation collective. Si un objet est menacé, un groupe social tend à lui reconnaître une valeur et à agir pour sa sauvegarde ; il s’agit du principe de la patrimonialisation. L’un des moyens pour sauver le patrimoine bâti est de lui trouver une nouvelle destination d’usage, une utilité dans le présent. Cela passe par une transformation de ce bâti et donc par un projet d’architecture. Ce dernier est déjà un temps d’action collective, où se rencontrent et échangent des personnalités multiples ainsi que leurs compétences et points de vue respectifs. La thèse propose alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle, lorsqu’il concerne un bâti patrimonialisé par des acteurs locaux, le projet d’architecture peut être un outil pertinent pour la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés. En d’autres termes, il susciterait l’auto-organisation et l’union des forces des acteurs, motivées par la réalisation d’objectifs partagés quant à la transformation de leur cadre de vie.

Pour aborder cette question, la thèse prend appui sur un socle théorique composé d’une part des écrits de l’École Territorialiste italienne, et en particulier des ouvrages-clés d’Alberto Magnaghi tels que Le Projet Local (Magnaghi, 2010 ; 2000) et La conscience du lieu (Magnaghi, 2017). D’autre part sont convoquées les recherches françaises en sciences territoriales, autour des termes de développement territorial et de ressource territoriale (Lajarge, 2012 ; Gumuchian, Pecqueur, 2007 ; Raffestin, 2019, 1980). Outre les apports théoriques, la thèse se nourrit d’une enquête de terrain menée principalement en Irpinia, dans le sud de l’Italie, et d’une analyse plus ponctuelle de projets d’architecture en France.

Composition du jury :

Mme Anne COSTE, professeure en Histoire, Architecte, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, co-directrice de thèse.

Mme Alessia DE BIASE, professeure en anthropologie urbaine, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette, rapportrice.

M. David FANFANI, professeur en planification urbaine et territoriale, Université de Florence, rapporteur.

Romain LAJARGE, professeur en Aménagement et sciences territoriales, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, directeur de thèse.

Andrea PANE, professeur en architecture, Université de Naples Federico II, examinateur.

Vincent VESCHAMBRE, professeur en géographie, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, examinateur.

 

Séminaire International de Recherche – Habitat: Résistance et autonomie

Le séminaire « Habitat : résistance et autonomie » a lieu du 10 au 12 mars prochain à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme (IAU/USP) de la ville de São Carlos, au Brésil. Il réunit des chercheurs internationaux, notamment français et brésiliens et est organisé par l’équipe de recherche HABIS de l’Université de São Paulo. Anaïs Gueguen-Perrin, doctorante au laboratoire AE&CC (équipe CRATerre), en co-tutelle dans ce laboratoire brésilien, fait partie des organisateurs et y interviendra notamment. 

Ci-dessous le flyer numérique avec le résumé du séminaire et le programme des 3 journées.

Si, parmi vous, certain souhaitent, peuvent ou connaissent des personnes susceptibles de se déplacer au Brésil, le lien pour s’inscrire est le suivant :
www.iau.usp.br/pesquisa/groups/habis/semihabitat

Sachez qu’il sera également possible d’accompagner le séminaire depuis la France puisqu’il sera diffusé en direct sur le compte Youtube de l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de São Carlos (youtube.com/iauusp). Nous vous rappelons que le décalage horaire est de 4h entre la France et le Brésil. A noter également que la majeure partie des présentations se fera en portugais.

 

 

SOUTENANCE – Hengameh Pirhosseinloo-Amini (CRESSON)

HENGAMEH PIRHOSSEILOO-AMINI soutiendra sa thèse 
le vendredi 20 décembre 2019 à l’ENSAG, amphi Simounet.

Titre de la thèse :

HABITER LA FAÇADE : LA CONQUÊTE D’UNE EPAISSEUR SENSIBLE
Les Dispositifs de Façade Épaisse dans les logements collectifs des écoquartiers : conception architecturale et ambiances.

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe CRESSON de l’UMR AAU

Directeurs de thèse:  Henry Torgue & Nicolas Rémy.

Résumé de la thèse:

En 2050, selon les projections de l’OCDE , plus de 70% de la population mondiale vivra en ville. L’étalement urbain trouve ses limites dans la mesure où l’espace est un bien-ressource fini et où les distances génèrent une dépendance trop forte vis à vis de l’automobile, participant ainsi au réchauffement climatique. En réponse, les villes choisissent d’autres axes de développement, notamment en matière de logement, en augmentant la densité et en promouvant la construction de nouveaux quartiers écologiques. Cependant, l’habitat dense va à l’encontre de l’idéal encore largement partagé de la maison individuelle et il est loin de remporter l’approbation générale de la population qui y habite. Plus encore, pour les logements collectifs, surtout ceux à caractère social, la densité s’accompagne d’une image négative de l’habitat puisqu’elle entraîne une proximité qui rend difficiles les rapports d’intimité des résidents tout en imposant à tous des contraintes extérieures. L’un des enjeux majeurs de l’architecture urbaine contemporaine est donc de proposer des aménagements qui rendent plus agréable la vie partagée dans les logements collectifs des villes diminuant à terme leurs images négatives.

Dans le contexte actuel des conceptions et réalisations architecturales, la façade s’est éloignée de sa traditionnelle fonction de mur séparateur filtrant la lumière, pour se diversifier en une variété d’espaces de plus en plus complexes, gagnant de ce fait même une épaisseur modulable. Les balcons, loggias, terrasses, coursives, issues de différentes cultures, déclinent aujourd’hui de nouvelles propositions spatiales, ambiantales et comportementales.

L’hypothèse générale de cette thèse est que l’ensemble de ces espaces intermédiaires (Balcons, Loggias, Terrasses, Coursives) regroupés sous l’intitulé de dispositifs de façade épaisse (DFE) participe pleinement à la conception et au vécu du logement contemporain. Particulièrement mis en œuvre dans les quartiers durables, les DFE deviennent de plus en plus des opérateurs de conception architecturale impliquant fortement les ambiances dans leurs impacts sur les modes de vie.

Les DFE appartiennent à la famille des « espaces intermédiaires », c’est à dire des lieux caractérisant la zone transitionnelle séparant deux espaces aux degrés d’intimité différents, aménageant les liens intérieur/extérieur, permettant des porosités avec les éléments naturels, le voisinage, le contexte urbain ou le grand territoire. Par définition, les DFE agissent comme interfaces génératrices d’expériences sensorielles et sensibles.

L’analyse de trois écoquartiers (à Grenoble et à Paris) permet d’explorer la variété typologique des bâtis et leurs extensions à différentes échelles en espaces intermédiaires (balcons, loggias, terrasses, et coursives) ainsi que la diversité de leurs modes d’accès tels que les paliers ouverts ou les cheminements individualisés. Ces trois terrains illustrent les objectifs et les réalités de processus de conception visant à permettre l’appropriation des espaces extérieurs entourant l’habitation, à faciliter la projection du « chez soi » des habitants  dans leur lieu de vie concret, à bien vivre la transition entre espace privé et espace public.

La diversité des rôles attribués par les résidents aux DFE témoigne : surface supplémentaire à celle du logement, sas d’entrée dans l’espace privé, espace représentatif pour le bâti, filtre régulateur des facteurs ambiantaux, modularité de l’intimité et augmentation de la qualité de vie du logement…

Ainsi, les espaces intermédiaires gagnés dans l’épaisseur des façades des logements collectifs en zone urbaine dense peuvent offrir de véritables qualités d’appropriation et de flexibilité de par leur qualité d’ambiance. La façade épaisse redéfinit l’intimité en étendant une partie de la vie privée vers l’extérieur. Par le jeu des ambiances sonores, visuelles, lumineuses et olfactives… qu’elle réceptionne et produit, elle module les relations de proximité.

Le cœur de cette thèse est que les DFE prennent des contours sensibles spécifiques relevant à la fois des données de l’environnement et de l’espace, des dimensions perceptives et des modalités d’usages. L’ambition est donc de relier au mieux les différents aspects qui permettent de saisir ces espaces intermédiaires (DFE) comme lieux d’expérience sensible et pratique.

En conclusion, la thèse montre comment l’étude des ambiances des DFE permet de mettre à jour les enjeux transversaux et contemporains de la conception de ce type d’espaces intermédiaires. Plusieurs champs d’interrogation sont proposés aux concepteurs :

•           Un DFE dans quel contexte ?

•           Un espace à forte appropriation modulable

•           Un accès à la nature

•           Un espace de jeu pour les cinq sens

•           Un lieu intime et un lieu convivial.

Concevoir le logement et penser les ambiances des DFE à travers cette grille devient alors pour le concepteur une démarche d’élargissement et d’enrichissement de son projet d’habitation.

 

Composition du jury :

Xavier BONNAUD, Professeur HDR, ENSA de Paris la Villette, HDR, rapporteur

Grégoire CHELKOFF, Professeur HDR, ENSA de Grenoble, examinateur

Valérie LEBOIS, Maîtresse de conférence, ENSA de Strasbourg, examinatrice

Cécile REGNAULT, Professeure HDR, ENSA de Lyon, rapporteure

Nicolas REMY, Professeur adjoint, Université de Thessalie, Volos (Grèce), co-directeur de thèse

Henry TORGUE, chercheur émérite, UMR AAU, équipe CRESSON, directeur de thèse

 

Pique-nique de fin d’année !

Comme chaque été, les doctorants de l’ENSAG se sont retrouvés ce mardi midi pour fêter de manière conviviale la fin d’une nouvelle année universitaire ! 
Ici quelques photos du pique-nique, qui a eu lieu dans le Parc de la Villeneuve :

photo de groupe des doctorants de l'ENSAG
Petite photo de groupe !

Merci à ceux qui étaient présents d’avoir permis à la tradition de se poursuivre et d’avoir ravis les papilles des collègues ! Bel été à tous, et rendez-vous à la rentrée pour ceux qui poursuivent le chemin 🙂

SOUTENANCE – Marie De Guillebon – Vers une pratique du réemploi en architecture

MARIE DE GUILLEBON soutiendra sa thèse de doctorat
mardi 14 mai à 14h à l’ENSA Grenoble (salle à définir).

Titre de la thèse :

Vers une pratique du réemploi en architecture. Expérimentations, outils, approches

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Cultures Constructives, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directrice de thèse:  Anne Coste

Résumé de la thèse:

Le monde de la construction est aujourd’hui confronté aux exigences et enjeux de la transition socio-écologique. La discipline de l’architecture évolue afin de tendre vers une architecture plus éco-responsable tant du point de vue technique que culturel, économique que juridique. Le réemploi, moins développé que le recyclage, est une pratique qui s’émancipe à grande vitesse et peine à s’insérer dans le système de production normalisé et standardisé imputé par le système industriel et socio-technique actuel.

La thèse s’inscrit dans le cadre théorique de la transition socio-écologique qui propose une vision plus large [1] des changements de paradigme à opérer en intégrant, au-delà du seul versant technique (énergie) l’ensemble des actions sociales et des comportements dites écologiques. Nous situons en ce sens notre recherche dans le cadre théorique que propose Sylvain Lavelle[2] qui opte pour « une transition plus juste ».[3] Il défend une transition polymorphe qui se fonde sur un changement d’oikos, de tekhnè, d’ethos et de muthos, dépassant ainsi la seule question énergétique et intégrant des principes de justice sociale, de relation à l’environnement, d’éthique et de nouvelles narrations socio-culturelles. Nous y lisons un programme d’action transposable à la pratique du réemploi et plus globalement à la discipline architecturale.

Ce travail de thèse questionne les potentiels de cette pratique à induire d’autres approches et outils de projet pour tendre vers une architecture véritablement éco-responsable. Nous proposons la définition d’oïko-responsable pour appuyer sur la nécessité d’un changement de regard sur ce terme, et donner à lire le programme d’actions qu’il suppose.

Bien que philosophiques, ces définitions nous ont servis de grilles de lecture et d’analyse des pratiques expérimentales et des outils d’un double corpus de pratiques opérationnelles (huits acteurs) et pédagogique (un module) ; elles nous ont également permis de défricher le fond d’engagement et de sens de cette pratique.

Les enjeux de ce travail de recherche consistent à faire l’état des lieux de cette pratique émergente et poser un regard sur la manière dont elle oriente la triple pratique de l’architecture.

Il conviendra alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle le réemploi peut induire une architecture oikos-responsable en mobilisant la triple activité de pratique opérationnelle, pédagogique et de recherche. Pour cela, nous proposons un premier temps démontrant comment les praticiens travaillent à sa professionnalisation en réinsérant la dynamique expérimentale dans le processus de projet. Un second temps démontrent leurs capacités à  redéfinir ou créer des outils propres au réemploi à mêmes de répondre à cette mutation écoresponsable. Ces deux temps tirent un portrait d’acteurs qui sollicitent, en définitive, cette pratique du réemploi comme un outil pour réinterroger la déontologie des pratiques d’architecte.

[1] Dominique Bourg montrait en 2012 le passage nécessaire de la notion de développement durable vers celle de transition socio-écologique (Bourg, 2012)

[2] Enseignant-chercheur en philosophie à l’Icam Paris-Sénart et de Lille ainsi qu’à l’EHESS Paris

[3] Un nouveau récit pour une transition juste, Sylvain LAVELLE – 2015 ; Revue Projet 2015/1 (N° 344 ), p 96

 

Composition du jury :

Coste Anne (directrice de thèse), Professeure HDR en histoire de la l’architecture Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures constructives (Labex AE&CC) 60 avenue Constantine Grenoble
 
Barles Sabines (Rapporteur  1), Professeure HDR en génie civil et urbanisme, Université Paris C.R.I.A.
 
Bonnaud Xavier (Rapporteur 2), Architecte, docteur en urbanisme (Institut d’Urbanisme de Paris), HDR en architecture et professeur d’architecture à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette
 
Ghyoot Michaël, architecte, docteur en art de bâtir, Faculté d’architecture de l’Université libre de Bruxelles, Membre du groupe ROTOR (Belgique)
 
Lavelle Sylvain, Docteur en philosophie (Paris-Sorbonne), enseignant de philosophie à l’ICAM Paris Sénart, directeur du Centre Ethique, Technique et Société de l’ICAM, chercheur associé à un laboratoire de l’école des Hautes études en Sciences Sociales (GSPR), membre du comité scientifique de la revue Philosophy and Technology