SOUTENANCE – Marie De Guillebon – Vers une pratique du réemploi en architecture

MARIE DE GUILLEBON soutiendra sa thèse de doctorat
mardi 14 mai à 14h à l’ENSA Grenoble (salle à définir).

Titre de la thèse :

Vers une pratique du réemploi en architecture. Expérimentations, outils, approches

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Cultures Constructives, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directrice de thèse:  Anne Coste

Résumé de la thèse:

Le monde de la construction est aujourd’hui confronté aux exigences et enjeux de la transition socio-écologique. La discipline de l’architecture évolue afin de tendre vers une architecture plus éco-responsable tant du point de vue technique que culturel, économique que juridique. Le réemploi, moins développé que le recyclage, est une pratique qui s’émancipe à grande vitesse et peine à s’insérer dans le système de production normalisé et standardisé imputé par le système industriel et socio-technique actuel.

La thèse s’inscrit dans le cadre théorique de la transition socio-écologique qui propose une vision plus large [1] des changements de paradigme à opérer en intégrant, au-delà du seul versant technique (énergie) l’ensemble des actions sociales et des comportements dites écologiques. Nous situons en ce sens notre recherche dans le cadre théorique que propose Sylvain Lavelle[2] qui opte pour « une transition plus juste ».[3] Il défend une transition polymorphe qui se fonde sur un changement d’oikos, de tekhnè, d’ethos et de muthos, dépassant ainsi la seule question énergétique et intégrant des principes de justice sociale, de relation à l’environnement, d’éthique et de nouvelles narrations socio-culturelles. Nous y lisons un programme d’action transposable à la pratique du réemploi et plus globalement à la discipline architecturale.

Ce travail de thèse questionne les potentiels de cette pratique à induire d’autres approches et outils de projet pour tendre vers une architecture véritablement éco-responsable. Nous proposons la définition d’oïko-responsable pour appuyer sur la nécessité d’un changement de regard sur ce terme, et donner à lire le programme d’actions qu’il suppose.

Bien que philosophiques, ces définitions nous ont servis de grilles de lecture et d’analyse des pratiques expérimentales et des outils d’un double corpus de pratiques opérationnelles (huits acteurs) et pédagogique (un module) ; elles nous ont également permis de défricher le fond d’engagement et de sens de cette pratique.

Les enjeux de ce travail de recherche consistent à faire l’état des lieux de cette pratique émergente et poser un regard sur la manière dont elle oriente la triple pratique de l’architecture.

Il conviendra alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle le réemploi peut induire une architecture oikos-responsable en mobilisant la triple activité de pratique opérationnelle, pédagogique et de recherche. Pour cela, nous proposons un premier temps démontrant comment les praticiens travaillent à sa professionnalisation en réinsérant la dynamique expérimentale dans le processus de projet. Un second temps démontrent leurs capacités à  redéfinir ou créer des outils propres au réemploi à mêmes de répondre à cette mutation écoresponsable. Ces deux temps tirent un portrait d’acteurs qui sollicitent, en définitive, cette pratique du réemploi comme un outil pour réinterroger la déontologie des pratiques d’architecte.

[1] Dominique Bourg montrait en 2012 le passage nécessaire de la notion de développement durable vers celle de transition socio-écologique (Bourg, 2012)

[2] Enseignant-chercheur en philosophie à l’Icam Paris-Sénart et de Lille ainsi qu’à l’EHESS Paris

[3] Un nouveau récit pour une transition juste, Sylvain LAVELLE – 2015 ; Revue Projet 2015/1 (N° 344 ), p 96

 

Composition du jury :

Coste Anne (directrice de thèse), Professeure HDR en histoire de la l’architecture Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures constructives (Labex AE&CC) 60 avenue Constantine Grenoble
 
Barles Sabines (Rapporteur  1), Professeure HDR en génie civil et urbanisme, Université Paris C.R.I.A.
 
Bonnaud Xavier (Rapporteur 2), Architecte, docteur en urbanisme (Institut d’Urbanisme de Paris), HDR en architecture et professeur d’architecture à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette
 
Ghyoot Michaël, architecte, docteur en art de bâtir, Faculté d’architecture de l’Université libre de Bruxelles, Membre du groupe ROTOR (Belgique)
 
Lavelle Sylvain, Docteur en philosophie (Paris-Sorbonne), enseignant de philosophie à l’ICAM Paris Sénart, directeur du Centre Ethique, Technique et Société de l’ICAM, chercheur associé à un laboratoire de l’école des Hautes études en Sciences Sociales (GSPR), membre du comité scientifique de la revue Philosophy and Technology

 

 

SOUTENANCE – Léa Genis – Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives

LÉA GENIS soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 24 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Réhabiliter le bâti ancien et les cultures constructives. Engagements, épreuves et attachements autour de la réhabilitation du bâti ancien en pisé en Isère.

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse: Hubert Guillaud & Michel Rautenberg

Résumé de la thèse:
Le bâti ancien est aujourd’hui confronté à des enjeux normatifs, environnementaux et patrimoniaux qui favorisent sa réhabilitation et engagent une multiplicité d’acteurs dans cette activité. Ces engagements mettent en débat les savoirs, les mondes professionnels et les attachements que ces acteurs tissent autour des espaces édifiés. La thèse explore ces dynamiques autour du cas particulier du bâti ancien en pisé (bâtiments construits en terre crue damée dans des coffrages) dans le département de l’Isère. L’objectif de ce travail est de comprendre et de décrire comment et par qui ce bâti est mis en projet et réhabilité, dans un double sens d’amélioration physique et de revalorisation d’un objet aux significations multiples. Nous faisons l’hypothèse que les projets de réhabilitation, par les multiples formes d’engagement qu’ils construisent, participent à détacher l’expérience de ce bâti d’une expérience ordinaire. Ces projets mettent à l’épreuve les attachements que leurs porteurs développent autour du bâti existant et de la matière terre qui le constitue autant que les savoirs et les pratiques constructives qui s’y appliquent. Ces épreuves participent à l’émergence de collectifs qui tissent un maillage politique au sein duquel se composent des espaces de dialogue et d’appropriation des usages, de la pratique et du devenir du bâti existant. Pour explorer cette hypothèse, la recherche s’inscrit dans une perspective interdisciplinaire qui articule ressources théoriques et méthodes développées en architecture, en ethnologie et en sociologie. Elle développe une anthropologie pragmatique des cultures constructives qui compose une problématisation commune entre ces disciplines autour des questions soulevées par la réhabilitation du bâti ancien. L’exploration de ces questions se base sur un travail d’enquête qualitative multi-située. Il décrit les mondes de la réhabilitation en action, en suivant des parcours de projet portés par plusieurs catégories d’acteurs (habitants, professionnels, institutions). La thèse revient d’abord sur les différentes formes d’engagement qui participent à mettre le bâti ancien en projet, de l’intervention sur un bâtiment spécifique à sa mise en valeur de manière générale. Ces expériences de réhabilitation portent l’attention sur différentes qualités du bâti et contribuent à le faire sortir de l’ordinaire. Le bâti ancien en pisé est ainsi engagé – et engage lui-même – dans de multiples réalités. À la fois maison, lieu de vie, lieu de travail, patrimoine local ou architecture de terre, il fait agir, réagir et rentrer en relation les acteurs qui s’y intéressent. La deuxième partie de l’analyse décrit comment la difficulté d’appliquer des protocoles de réhabilitation entraine les porteurs de projet à s’engager dans des épreuves et à chercher des prises leurs permettant de mener à bien leurs projets. Ces épreuves entrainent les acteurs qui s’y investissent à ajuster leurs relations entre eux et avec le bâti au fur et à mesure du processus de projet. À mesure qu’ils s’approprient les savoirs de la réhabilitation, ils développent différentes formes d’attachement autour du bâti. Les projets de réhabilitation contribuent alors à l’émergence de collectifs plus ou moins pérennes qui se réapproprient les modalités d’intervention sur le bâti et les décisions qui le concernent. La thèse s’attache finalement à mieux comprendre les dimensions plurielles (matérielle, constructive, architecturale et interactionnelle) des cultures constructives du pisé et de sa réhabilitation et propose les éléments d’un dialogue à poursuivre avec les acteurs de terrain autour de l’intérêt et des conditions permettant de faire tenir un espace politique autour des usages et du devenir du bâti existant.

Composition du jury :

Hubert GUILLAUD, ENSA Grenoble, Communauté Université Grenoble Alpes, Directeur de thèse
Michel RAUTENBERG, Université Jean Monnet Saint-Etienne, Co-Directeur de thèse
Patrick PEREZ, ENSA Toulouse / Université Jean Jaurès, Rapporteur
Jean-Louis TORNATORE, Université de Bourgogne, Rapporteur
Monica ALCINDOR, Escola Superior Gallaecia, Examinatrice
Christelle FOUR, Communauté d’agglomération du Pays Voironnais, Examinatrice

SOUTENANCE – Claire Rosset – Imaginaire du passé et pensée du monde moderne

CLAIRE ROSSET soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 17 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
IMAGINAIRE DU PASSÉ ET PENSÉE DU MONDE MODERNE
Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte

École doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes)

thèse préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie

Directrice de thèse: Catherine Maumi

Résumé de la thèse:
Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir ». Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est-à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un « nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction». Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Composition du jury :

Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, rapporteur
Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, examinateur
Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, rapporteure
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de thèse
Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, examinateur
Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, examinatrice

Panorama du Doctorat 2017/2018

lien vers pdf panorama du doctorat 2017 2018

Panorama du Doctorat 2017 – 2018

Retrouvez (enfin !) notre traditionnel panorama annuel des thèses en préparation à l’ENSAG et des soutenances de 2017 ! Cette année, 40 thèses sont en cours et 5 personnes ont soutenus l’année dernière.

 

Dans le Panorama, vous trouverez les résumés des sujets et également les contacts mails des doctorants, si vous voulez en savoir plus !

Bonne lecture !!

.

SOUTENANCE – Laurent Hodebert – Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain, 1910-1959

LAURENT HODEBERT soutiendra sa thèse de doctorat

lundi 15 Janvier 2018 à 14h  en Amphi Simounet (ENSA Grenoble).

Intitulé de la thèse :
« Henri Prost et le projet d’architecture du sol urbain, 1910-1959 »

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes) – Thèse préparée au sein l’équipe d’accueil 7445 MHAevt.

Résumé :
La thèse interroge le processus de conception dans l’œuvre de l’architecte-urbaniste français Henri Prost (1874-1959). Nous qualifions son travail comme « l’architecture du sol urbain », en faisant l’hypothèse qu’il s’agit de l’art de la conception des espaces urbains et des armatures territoriales par l’expression d’une culture spécifique du sol et de la manière d’y inscrire durablement les projets. L’architecture du sol urbain s’intéresse au travail sur la surface de la terre, dans la qualification du sol naturel par une opération de transformation que l’on pourrait qualifier d’architecture de la topographie urbaine. C’est une opération multiscalaire, qui va du territoire à l’objet architectural, pour préparer le sol aux usages de la société humaine à l’aide d’infrastructures, d’espaces publics et d’édifices. Elle s’intéresse aux embrayages entre les échelles, aux articulations spatiales et aux évolutions temporelles. Il s’agit alors de définir la nature du travail de Prost, afin de donner à comprendre la pensée qui est à l’œuvre dans sa pratique du projet. Dans une première partie nous abordons la formation d’une culture spécifique de l’architecture du sol, au moment historique de l’invention de l’urbanisme, entre 1890 et 1917. Pour les architectes français pionniers de l’urbanisme, elle se fait en trois étapes : l’enseignement à l’Ecole des Beaux-Arts, ensuite le séjour à la Villa Médicis à Rome avec les relevés des villes antiques, et enfin les premiers grands projets et concours internationaux. Nous analysons dans la deuxième partie un échantillon de projets emblématiques et représentatifs de la démarche de conception de Prost selon deux grandes catégories que nous qualifions de «séquences de paysage urbain» et «armatures territoriales». Les séquences sont inscrites dans le tissu urbain, on y retrouve des principes d’ouverture spatiale au grand paysage, elles contiennent de larges voies plantées, et s’articulent sur une ou plusieurs places publiques. L’espace public est qualifié et la séquence est bordée ou ponctuée par des édifices publics ou institutionnels. Les armatures territoriales sont marquées par des problématiques abordant principalement des questions de grand paysage et d’infrastructures de voirie. Pour analyser cet échantillon, nous construisons un corpus complémentaire aux dessins originaux du Fonds Prost, par la constitution d’un atlas des projets sélectionnés. Ce recueil de cartes, de coupes et de photographies aériennes permet de disposer d’une collection cohérente de supports pouvant servir comme matériau d’analyse pour chaque cas d’étude, autant que d’outil de lecture comparée. Cette procédure de redessin, qui emprunte aux savoirs faire des outils graphiques d’élaboration et de représentation du projet architectural et urbain, permet de mettre en évidence la particularité de la démarche de Prost, ainsi que les formes récurrentes de son travail, les dispositifs employés par l’architecte urbaniste et l’évaluation de l’impact de ces projets sur la forme actuelle des villes où il est intervenu. Dans la troisième partie nous explorons la pensée à l’œuvre chez Prost dans la fabrique du projet urbain et territorial. En opérant par un regard transversal sur les projets et leurs dispositifs à partir de l’analyse de l’échantillon, l’objectif est de révéler la partie cachée du travail de conception. La lecture de ce processus commencera par expliciter la nature de la culture du projet chez Henri Prost, avant de détailler la méthode et les outils qu’il met en œuvre, de l’arpentage sur les sites pour la connaissance du sol, à la qualification par le projet.

Composition du jury :
Rémi BAUDOUÏ, Professeur, Université de Genève, Rapporteur
Jean-Lucien BONILLO, Professeur, HDR, ENSA de Marseille, Examinateur
Viviane CLAUDE, Professeur, Institut d’urbanisme de Lyon, Examinatrice
Jean-Louis COHEN, Professeur, Institute of Fine Art, New York University, Rapporteur
Corinne  JAQUAND, Maître-assistante, ENSA de Paris-Belleville, Examinatrice
Catherine  MAUMI, Professeur, HDR, ENSA de Grenoble, Directrice de thèse