Pique-nique de fin d’année !

Comme chaque été, les doctorants de l’ENSAG se sont retrouvés ce mardi midi pour fêter de manière conviviale la fin d’une nouvelle année universitaire ! 
Ici quelques photos du pique-nique, qui a eu lieu dans le Parc de la Villeneuve :

photo de groupe des doctorants de l'ENSAG
Petite photo de groupe !

Merci à ceux qui étaient présents d’avoir permis à la tradition de se poursuivre et d’avoir ravis les papilles des collègues ! Bel été à tous, et rendez-vous à la rentrée pour ceux qui poursuivent le chemin 🙂

SOUTENANCE – Hugo Gasnier – Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

HUGO GASNIER soutiendra sa thèse de doctorat
vendredi 10 mai à 9h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse:  Hubert Guillaud & Thierry Joffroy

Résumé de la thèse:

La thèse explore les potentiels d’utilisation des terres de déblais comme matériau de construction et examine la pertinence d’une valorisation de cette ressource pour une construction soutenable dans le contexte français actuel avec un focus plus particulier sur la région parisienne. Elle s’articule autour d’une double question qui s’inscrit dans le cadre de la transition écologique des milieux habités : est-t-il pertinent de transformer les terres d’excavation générées par les chantiers des grands centres urbains en ressource pour l’architecture et quels potentiels offrent-elles pour la construction de la ville durable?

La croissance des grandes villes entraine chaque année la production de millions de tonnes de terres de déblais qui sont issues des terrassements nécessaires à la construction de nouveaux immeubles ou extraites lors de la création d’infrastructures de transport (tunnels, gares, routes, …). À lui seul, le chantier du Grand Paris Express « devrait peser de 30 à 40 millions de tonnes »  de terres d’excavation qui seront principalement acheminées par péniches en dehors de Paris pour être stockées ou enfouies dans des sites adaptés. Ce processus représente un coût financier, énergétique et écologique phénoménal et l’enfouissement d’une ressource pourtant potentiellement utilisable, d’où l’intérêt de s’interroger sur les possibilités d’utilisation de ces terres comme matériau de construction.

Au commencement de cette thèse en 2015, peu de recherches et encore moins de pratiques portaient sur ce sujet. Or, dès les premières rencontres, les acteurs ont exprimés leur intérêt pour cette possible valorisation des terres de déblais comme ressource.

Il était donc temps, d’une part, de faire le point sur les connaissances scientifiques concernant la matière terre, les pratiques actuelles en architecture de terre et les professionnels spécialistes de la construction en terre. D’autre part, il s’agissait de décrypter le contexte et le système des acteurs des terres d’excavation sur le territoire du Grand Paris. Enfin, la présence d’acteurs motivés sur le Grand Paris a facilité la réflexion prospective sur le potentiel d’utilisation de ces terres en architecture, y compris en ayant la possibilité d’en observer les premiers résultats concrets.

Composition du jury:

Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, directeur de thèse

Thierry JOFFROY, Chercheur, HDR, ENSA de Grenoble, co-directeur de thèse

Thomas JUSSELME, Professeur, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, examinateur

Judith LE MAIRE, Professeure, Université Libre de Bruxelles, rapporteure

Camilla MILETO, Professeure, Université Polytechnique de Valencia, rapporteure

Chris YOUNES, Professeure, HDR, École Spéciale d’Architecture, présidente du jury