SOUTENANCE – Hengameh Pirhosseinloo-Amini (CRESSON)

HENGAMEH PIRHOSSEILOO-AMINI soutiendra sa thèse 
le vendredi 20 décembre 2019 à l’ENSAG, amphi Simounet.

Titre de la thèse :

HABITER LA FAÇADE : LA CONQUÊTE D’UNE EPAISSEUR SENSIBLE
Les Dispositifs de Façade Épaisse dans les logements collectifs des écoquartiers : conception architecturale et ambiances.

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe CRESSON de l’UMR AAU

Directeurs de thèse:  Henry Torgue & Nicolas Rémy.

Résumé de la thèse:

En 2050, selon les projections de l’OCDE , plus de 70% de la population mondiale vivra en ville. L’étalement urbain trouve ses limites dans la mesure où l’espace est un bien-ressource fini et où les distances génèrent une dépendance trop forte vis à vis de l’automobile, participant ainsi au réchauffement climatique. En réponse, les villes choisissent d’autres axes de développement, notamment en matière de logement, en augmentant la densité et en promouvant la construction de nouveaux quartiers écologiques. Cependant, l’habitat dense va à l’encontre de l’idéal encore largement partagé de la maison individuelle et il est loin de remporter l’approbation générale de la population qui y habite. Plus encore, pour les logements collectifs, surtout ceux à caractère social, la densité s’accompagne d’une image négative de l’habitat puisqu’elle entraîne une proximité qui rend difficiles les rapports d’intimité des résidents tout en imposant à tous des contraintes extérieures. L’un des enjeux majeurs de l’architecture urbaine contemporaine est donc de proposer des aménagements qui rendent plus agréable la vie partagée dans les logements collectifs des villes diminuant à terme leurs images négatives.

Dans le contexte actuel des conceptions et réalisations architecturales, la façade s’est éloignée de sa traditionnelle fonction de mur séparateur filtrant la lumière, pour se diversifier en une variété d’espaces de plus en plus complexes, gagnant de ce fait même une épaisseur modulable. Les balcons, loggias, terrasses, coursives, issues de différentes cultures, déclinent aujourd’hui de nouvelles propositions spatiales, ambiantales et comportementales.

L’hypothèse générale de cette thèse est que l’ensemble de ces espaces intermédiaires (Balcons, Loggias, Terrasses, Coursives) regroupés sous l’intitulé de dispositifs de façade épaisse (DFE) participe pleinement à la conception et au vécu du logement contemporain. Particulièrement mis en œuvre dans les quartiers durables, les DFE deviennent de plus en plus des opérateurs de conception architecturale impliquant fortement les ambiances dans leurs impacts sur les modes de vie.

Les DFE appartiennent à la famille des « espaces intermédiaires », c’est à dire des lieux caractérisant la zone transitionnelle séparant deux espaces aux degrés d’intimité différents, aménageant les liens intérieur/extérieur, permettant des porosités avec les éléments naturels, le voisinage, le contexte urbain ou le grand territoire. Par définition, les DFE agissent comme interfaces génératrices d’expériences sensorielles et sensibles.

L’analyse de trois écoquartiers (à Grenoble et à Paris) permet d’explorer la variété typologique des bâtis et leurs extensions à différentes échelles en espaces intermédiaires (balcons, loggias, terrasses, et coursives) ainsi que la diversité de leurs modes d’accès tels que les paliers ouverts ou les cheminements individualisés. Ces trois terrains illustrent les objectifs et les réalités de processus de conception visant à permettre l’appropriation des espaces extérieurs entourant l’habitation, à faciliter la projection du « chez soi » des habitants  dans leur lieu de vie concret, à bien vivre la transition entre espace privé et espace public.

La diversité des rôles attribués par les résidents aux DFE témoigne : surface supplémentaire à celle du logement, sas d’entrée dans l’espace privé, espace représentatif pour le bâti, filtre régulateur des facteurs ambiantaux, modularité de l’intimité et augmentation de la qualité de vie du logement…

Ainsi, les espaces intermédiaires gagnés dans l’épaisseur des façades des logements collectifs en zone urbaine dense peuvent offrir de véritables qualités d’appropriation et de flexibilité de par leur qualité d’ambiance. La façade épaisse redéfinit l’intimité en étendant une partie de la vie privée vers l’extérieur. Par le jeu des ambiances sonores, visuelles, lumineuses et olfactives… qu’elle réceptionne et produit, elle module les relations de proximité.

Le cœur de cette thèse est que les DFE prennent des contours sensibles spécifiques relevant à la fois des données de l’environnement et de l’espace, des dimensions perceptives et des modalités d’usages. L’ambition est donc de relier au mieux les différents aspects qui permettent de saisir ces espaces intermédiaires (DFE) comme lieux d’expérience sensible et pratique.

En conclusion, la thèse montre comment l’étude des ambiances des DFE permet de mettre à jour les enjeux transversaux et contemporains de la conception de ce type d’espaces intermédiaires. Plusieurs champs d’interrogation sont proposés aux concepteurs :

•           Un DFE dans quel contexte ?

•           Un espace à forte appropriation modulable

•           Un accès à la nature

•           Un espace de jeu pour les cinq sens

•           Un lieu intime et un lieu convivial.

Concevoir le logement et penser les ambiances des DFE à travers cette grille devient alors pour le concepteur une démarche d’élargissement et d’enrichissement de son projet d’habitation.

 

Composition du jury :

Xavier BONNAUD, Professeur HDR, ENSA de Paris la Villette, HDR, rapporteur

Grégoire CHELKOFF, Professeur HDR, ENSA de Grenoble, examinateur

Valérie LEBOIS, Maîtresse de conférence, ENSA de Strasbourg, examinatrice

Cécile REGNAULT, Professeure HDR, ENSA de Lyon, rapporteure

Nicolas REMY, Professeur adjoint, Université de Thessalie, Volos (Grèce), co-directeur de thèse

Henry TORGUE, chercheur émérite, UMR AAU, équipe CRESSON, directeur de thèse

 

SOUTENANCE – Caterina Franco (MHAevt)

CATERINA FRANCO soutiendra sa thèse
le mercredi 18 décembre à 14h à l’ENSAG, amphi Simounet.

Titre de la thèse :

Dans le lieu et dans le temps. Pour une histoire environnementale des infrastructures touristiques des Alpes franco-italiennes (1945-1975)

Thèse en Architecture, préparée dans le cadre d’une cotutelle entre la Communauté Université Grenoble Alpes et le Politecnico di Milano et au sein du Laboratoire Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et du département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano, au sein de l’ école doctorale 454 – SHPT – Université Grenoble Alpes et de l’école doctorale du Politecnico di Milano.

Directeurs de thèse:  Catherine Maumi & Emilio Faroldi

Résumé de la thèse:

La thèse étudie les stations de sports d’hiver planifiées et construites en haute altitude après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes franco-italiennes.

Les deux contextes nationaux, différents du fait de leurs histoires économiques, politiques et situations géographiques, partagent aujourd’hui des problèmes similaires. Ceux-ci concernent le futur d’un modèle touristique basé sur une fréquentation massive, de longs séjours et une offre concentrée autour de la pratique du ski. En effet, l’aléa climatique, le changement dans les modes et les temps de la fréquentation touristique, le vieillissement des structures et infrastructures, représentent seulement une partie des enjeux auxquels ces lieux se confrontent. Plusieurs chercheurs provenant de diverses disciplines suggèrent alors de repenser la station comme étant en continuité avec le territoire d’implantation, ce dernier compris dans sa nature économique, géographique ou administrative.

La recherche, menée dans le domaine de l’architecture, souhaite contribuer à la réflexion autour de ces questionnements par une étude historique. En interrogeant les relations établies entre la station et le territoire (dans ses composantes spatiales, environnementales, paysagères), durant le processus de conception, de construction et d’évolution, nous souhaitons aller au-delà d’une lecture des établissements touristiques de haute montagne considérés comme des objets décontextualisés.

En nous appuyant sur la coordonnée spatiale du territoire, nous formulons l’hypothèse que l’implantation des stations de sports d’hiver a entrainé des transformations à grande échelle, et que, en même temps, les caractères environnementaux, historiques, économiques, géomorphologiques des sites concernés ont joué un rôle actif dans le processus de conception et construction.

À partir de la coordonnée temporelle du territoire, nous supposons que l’histoire des stations de sports d’hiver construites dans les années 1960 et 1970 n’est qu’une étape dans le processus long de transformation touristique des sites de haute altitude. Dans cette perspective, l’histoire des activités précédentes au tourisme, implantées sur les mêmes lieux, joue un rôle décisif.

Le travail se déroule à travers l’étude de quatre cas : Pila et Sansicario, dans les Alpes italiennes ; Chamrousse et La Plagne dans les Alpes françaises. Pour cela, nous nous appuyons sur une méthode mise en place par les historiens de l’environnement, tels que William Cronon, qui considèrent l’histoire d’un territoire comme le résultat des interactions entre activités humaines et données naturelles, sur un temps long. Nous mobilisons un corpus principalement constitué de documents appartenant à différents fonds d’archives (des collectivités territoriales, des architectes et urbanistes, des techniciens), que nous traitons par l’analyse de documents textuels, graphiques et cartographiques qui le composent, ainsi que par le re-dessin et la construction de frises chrono-systémiques.

Au-delà de contribuer à la compréhension de l’histoire de la mise en tourisme des territoires de haute montagne nous souhaitons, par ce travail, participer à la réflexion autour des enjeux méthodologiques de la recherche en histoire de l’architecture.

 

Composition du jury :

René BORRUEY, Professeur HDR, ENSA de Marseille, Examinateur

Anne DALMASSO, Professeure HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice

Alessandro DE MAGISTRIS, Professeur, Politecnico di Milano, Examinateur

Rosa DE MARCO, Maîtresse de conférences, docteur, ENSA de Paris – La Villette, Examinatrice

Emilio FAROLDI, Professeur, Politecnico di Milano, Directeur de thèse

Luigi LORENZETTI, Professeur, Università della Svizzera Italiana, Rapporteur

Catherine MAUMI, Professeure HDR, ENSA de Paris – La Villette, Directrice de thèse, ED 454

Virginie PICON-LEFEBVRE, Professeure HDR, ENSA de Paris – Belleville, Rapporteure

 

 

SOUTENANCE – Marie De Guillebon – Vers une pratique du réemploi en architecture

MARIE DE GUILLEBON soutiendra sa thèse de doctorat
mardi 14 mai à 14h à l’ENSA Grenoble (salle à définir).

Titre de la thèse :

Vers une pratique du réemploi en architecture. Expérimentations, outils, approches

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire Cultures Constructives, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directrice de thèse:  Anne Coste

Résumé de la thèse:

Le monde de la construction est aujourd’hui confronté aux exigences et enjeux de la transition socio-écologique. La discipline de l’architecture évolue afin de tendre vers une architecture plus éco-responsable tant du point de vue technique que culturel, économique que juridique. Le réemploi, moins développé que le recyclage, est une pratique qui s’émancipe à grande vitesse et peine à s’insérer dans le système de production normalisé et standardisé imputé par le système industriel et socio-technique actuel.

La thèse s’inscrit dans le cadre théorique de la transition socio-écologique qui propose une vision plus large [1] des changements de paradigme à opérer en intégrant, au-delà du seul versant technique (énergie) l’ensemble des actions sociales et des comportements dites écologiques. Nous situons en ce sens notre recherche dans le cadre théorique que propose Sylvain Lavelle[2] qui opte pour « une transition plus juste ».[3] Il défend une transition polymorphe qui se fonde sur un changement d’oikos, de tekhnè, d’ethos et de muthos, dépassant ainsi la seule question énergétique et intégrant des principes de justice sociale, de relation à l’environnement, d’éthique et de nouvelles narrations socio-culturelles. Nous y lisons un programme d’action transposable à la pratique du réemploi et plus globalement à la discipline architecturale.

Ce travail de thèse questionne les potentiels de cette pratique à induire d’autres approches et outils de projet pour tendre vers une architecture véritablement éco-responsable. Nous proposons la définition d’oïko-responsable pour appuyer sur la nécessité d’un changement de regard sur ce terme, et donner à lire le programme d’actions qu’il suppose.

Bien que philosophiques, ces définitions nous ont servis de grilles de lecture et d’analyse des pratiques expérimentales et des outils d’un double corpus de pratiques opérationnelles (huits acteurs) et pédagogique (un module) ; elles nous ont également permis de défricher le fond d’engagement et de sens de cette pratique.

Les enjeux de ce travail de recherche consistent à faire l’état des lieux de cette pratique émergente et poser un regard sur la manière dont elle oriente la triple pratique de l’architecture.

Il conviendra alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle le réemploi peut induire une architecture oikos-responsable en mobilisant la triple activité de pratique opérationnelle, pédagogique et de recherche. Pour cela, nous proposons un premier temps démontrant comment les praticiens travaillent à sa professionnalisation en réinsérant la dynamique expérimentale dans le processus de projet. Un second temps démontrent leurs capacités à  redéfinir ou créer des outils propres au réemploi à mêmes de répondre à cette mutation écoresponsable. Ces deux temps tirent un portrait d’acteurs qui sollicitent, en définitive, cette pratique du réemploi comme un outil pour réinterroger la déontologie des pratiques d’architecte.

[1] Dominique Bourg montrait en 2012 le passage nécessaire de la notion de développement durable vers celle de transition socio-écologique (Bourg, 2012)

[2] Enseignant-chercheur en philosophie à l’Icam Paris-Sénart et de Lille ainsi qu’à l’EHESS Paris

[3] Un nouveau récit pour une transition juste, Sylvain LAVELLE – 2015 ; Revue Projet 2015/1 (N° 344 ), p 96

 

Composition du jury :

Coste Anne (directrice de thèse), Professeure HDR en histoire de la l’architecture Unité de recherche Architecture Environnement et Cultures constructives (Labex AE&CC) 60 avenue Constantine Grenoble
 
Barles Sabines (Rapporteur  1), Professeure HDR en génie civil et urbanisme, Université Paris C.R.I.A.
 
Bonnaud Xavier (Rapporteur 2), Architecte, docteur en urbanisme (Institut d’Urbanisme de Paris), HDR en architecture et professeur d’architecture à l’école Nationale Supérieure d’Architecture de Paris-La-Villette
 
Ghyoot Michaël, architecte, docteur en art de bâtir, Faculté d’architecture de l’Université libre de Bruxelles, Membre du groupe ROTOR (Belgique)
 
Lavelle Sylvain, Docteur en philosophie (Paris-Sorbonne), enseignant de philosophie à l’ICAM Paris Sénart, directeur du Centre Ethique, Technique et Société de l’ICAM, chercheur associé à un laboratoire de l’école des Hautes études en Sciences Sociales (GSPR), membre du comité scientifique de la revue Philosophy and Technology

 

 

Mercredi 25 avril : dernière Journée Doctorale de l’année 2017/2018 !

La dernière Journée Doctorale 2017/2018 de l’ENSAG aura lieu le mercredi 25 avril 2018, en Amphi Haut.

Au programme 5 doctorants présenteront leurs travaux : Malaury Forget, Marie de Guillebon, Ryma Hadbi, Mélina Ramondenc et Vanessa Stassi.

Lors de cette Journée doctorale, nous avons le plaisir d’accueillir en tant qu’invité extérieur Manuel Bello Marcano, architecte et sociologue, maître assistant à l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture de Saint-Etienne, docteur en sciences humaines et sociales, laboratoire CIEREC EA 3068 Université Jean Monnet.

Manuel Bello Marcano nous présentera son regard de chercheur par une « Contribution de l’anthropologie philosophique à la recherche architecturale ».

Cette Journée doctorale est ouverte à tous les curieux (étudiants de licence ou de master, enseignants, chercheurs) qui souhaitent en savoir plus sur le travail des doctorants de l’ENSAG.

Nous vous attendons nombreux !
pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter : afaire.asuivre@gmail.com

Journée d’étude #2 du cycle « De l’ouverture du process projectuel »

Programme journée d'études "De l'ouverture des aooroches pédagogiques"

Après la première journée en mai 2016 autour des « Regards de Chercheurs », la deuxième journée d’étude de ce cycle, intitulée « De l’ouverture des approches pédagogiques. Ou la prise en compte des transformations du rôle et des métiers de l’architecte », aura lieu le mardi 25 avril 2017 à l’ENSAG en amphi haut..

Cette journée, organisée par le laboratoire MHAevt et coordonné par Charline Sowa et Stéphanie Dadour,  s’intéressera à l’enseignement et aux approches pédagogiques prenant en compte ces réalités dans l’exercice de l’architecte aujourd’hui : le rôle de l’étudiant, les relations enseignant-étudiant, l’implication de l’étudiant-architecte au sein d’une chaine d’acteurs, l’implication des futurs usagers, la collaboration avec différents corps de métier, le travail collaboratif, etc.

La journée est ouverte à tous et l’entrée est libre.
Plus d’informations sur le site officiel !