SOUTENANCE – Lucie Boissenin (AE&CC)

Lucie BOISSENIN soutiendra sa thèse 
le lundi 19 octobre 2020 à l’ENSAG, à 14h en amphi Simounet.

Titre de la thèse :

RÉHABILITER ET RÉ-HABITER LE PATRIMOINE BÂTI
Analyse du rôle du projet d’architecture dans la construction du développement territorial

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe Cultures Constructives, Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives

Directeure et co-directrice de thèse:  Romain Lajarge & Anne Coste

Résumé de la thèse:

La thèse interroge le rôle du projet d’architecture, relatif au patrimoine bâti, dans la construction de processus de développement territorial. Le développement territorial induit des améliorations d’ordre économique, social, environnemental et politique dans un territoire, et notamment une « augmentation de la capacité des acteurs à maîtriser les dynamiques d’évolution qui les concernent » (Deffontaines, Marcelpoil, Moquay, 2001). Ce dernier point est primordial : l’un des enjeux majeurs du développement territorial est la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés, qui par leurs actions conjointes et quotidiennes, apporteront ces améliorations à leur cadre de vie. Le patrimoine bâti est vecteur de mobilisation collective. Si un objet est menacé, un groupe social tend à lui reconnaître une valeur et à agir pour sa sauvegarde ; il s’agit du principe de la patrimonialisation. L’un des moyens pour sauver le patrimoine bâti est de lui trouver une nouvelle destination d’usage, une utilité dans le présent. Cela passe par une transformation de ce bâti et donc par un projet d’architecture. Ce dernier est déjà un temps d’action collective, où se rencontrent et échangent des personnalités multiples ainsi que leurs compétences et points de vue respectifs. La thèse propose alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle, lorsqu’il concerne un bâti patrimonialisé par des acteurs locaux, le projet d’architecture peut être un outil pertinent pour la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés. En d’autres termes, il susciterait l’auto-organisation et l’union des forces des acteurs, motivées par la réalisation d’objectifs partagés quant à la transformation de leur cadre de vie.

Pour aborder cette question, la thèse prend appui sur un socle théorique composé d’une part des écrits de l’École Territorialiste italienne, et en particulier des ouvrages-clés d’Alberto Magnaghi tels que Le Projet Local (Magnaghi, 2010 ; 2000) et La conscience du lieu (Magnaghi, 2017). D’autre part sont convoquées les recherches françaises en sciences territoriales, autour des termes de développement territorial et de ressource territoriale (Lajarge, 2012 ; Gumuchian, Pecqueur, 2007 ; Raffestin, 2019, 1980). Outre les apports théoriques, la thèse se nourrit d’une enquête de terrain menée principalement en Irpinia, dans le sud de l’Italie, et d’une analyse plus ponctuelle de projets d’architecture en France.

Composition du jury :

Mme Anne COSTE, professeure en Histoire, Architecte, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, co-directrice de thèse.

Mme Alessia DE BIASE, professeure en anthropologie urbaine, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette, rapportrice.

M. David FANFANI, professeur en planification urbaine et territoriale, Université de Florence, rapporteur.

Romain LAJARGE, professeur en Aménagement et sciences territoriales, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, directeur de thèse.

Andrea PANE, professeur en architecture, Université de Naples Federico II, examinateur.

Vincent VESCHAMBRE, professeur en géographie, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, examinateur.

 

Séminaire International de Recherche – Habitat: Résistance et autonomie

Le séminaire « Habitat : résistance et autonomie » a lieu du 10 au 12 mars prochain à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme (IAU/USP) de la ville de São Carlos, au Brésil. Il réunit des chercheurs internationaux, notamment français et brésiliens et est organisé par l’équipe de recherche HABIS de l’Université de São Paulo. Anaïs Gueguen-Perrin, doctorante au laboratoire AE&CC (équipe CRATerre), en co-tutelle dans ce laboratoire brésilien, fait partie des organisateurs et y interviendra notamment. 

Ci-dessous le flyer numérique avec le résumé du séminaire et le programme des 3 journées.

Si, parmi vous, certain souhaitent, peuvent ou connaissent des personnes susceptibles de se déplacer au Brésil, le lien pour s’inscrire est le suivant :
www.iau.usp.br/pesquisa/groups/habis/semihabitat

Sachez qu’il sera également possible d’accompagner le séminaire depuis la France puisqu’il sera diffusé en direct sur le compte Youtube de l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de São Carlos (youtube.com/iauusp). Nous vous rappelons que le décalage horaire est de 4h entre la France et le Brésil. A noter également que la majeure partie des présentations se fera en portugais.

 

 

Carte postale de Barèges (65)

Ci-dessous quelques photos transmises par Manon Scotto (MHAevt), de retour d’un déplacement sur le terrain entre Bordeaux et les Pyrénées, à la rencontre, entre autres, de l’architecte Pierre Lajus. 

Ces photographies représentent un chalet préfabriqué bois réalisé par cet architecte (que l’on voit sur les photos), maison immergée dans le massif pyrénéen.

SOUTENANCE – Hugo Gasnier – Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

HUGO GASNIER soutiendra sa thèse de doctorat
vendredi 10 mai à 9h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse:  Hubert Guillaud & Thierry Joffroy

Résumé de la thèse:

La thèse explore les potentiels d’utilisation des terres de déblais comme matériau de construction et examine la pertinence d’une valorisation de cette ressource pour une construction soutenable dans le contexte français actuel avec un focus plus particulier sur la région parisienne. Elle s’articule autour d’une double question qui s’inscrit dans le cadre de la transition écologique des milieux habités : est-t-il pertinent de transformer les terres d’excavation générées par les chantiers des grands centres urbains en ressource pour l’architecture et quels potentiels offrent-elles pour la construction de la ville durable?

La croissance des grandes villes entraine chaque année la production de millions de tonnes de terres de déblais qui sont issues des terrassements nécessaires à la construction de nouveaux immeubles ou extraites lors de la création d’infrastructures de transport (tunnels, gares, routes, …). À lui seul, le chantier du Grand Paris Express « devrait peser de 30 à 40 millions de tonnes »  de terres d’excavation qui seront principalement acheminées par péniches en dehors de Paris pour être stockées ou enfouies dans des sites adaptés. Ce processus représente un coût financier, énergétique et écologique phénoménal et l’enfouissement d’une ressource pourtant potentiellement utilisable, d’où l’intérêt de s’interroger sur les possibilités d’utilisation de ces terres comme matériau de construction.

Au commencement de cette thèse en 2015, peu de recherches et encore moins de pratiques portaient sur ce sujet. Or, dès les premières rencontres, les acteurs ont exprimés leur intérêt pour cette possible valorisation des terres de déblais comme ressource.

Il était donc temps, d’une part, de faire le point sur les connaissances scientifiques concernant la matière terre, les pratiques actuelles en architecture de terre et les professionnels spécialistes de la construction en terre. D’autre part, il s’agissait de décrypter le contexte et le système des acteurs des terres d’excavation sur le territoire du Grand Paris. Enfin, la présence d’acteurs motivés sur le Grand Paris a facilité la réflexion prospective sur le potentiel d’utilisation de ces terres en architecture, y compris en ayant la possibilité d’en observer les premiers résultats concrets.

Composition du jury:

Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, directeur de thèse

Thierry JOFFROY, Chercheur, HDR, ENSA de Grenoble, co-directeur de thèse

Thomas JUSSELME, Professeur, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, examinateur

Judith LE MAIRE, Professeure, Université Libre de Bruxelles, rapporteure

Camilla MILETO, Professeure, Université Polytechnique de Valencia, rapporteure

Chris YOUNES, Professeure, HDR, École Spéciale d’Architecture, présidente du jury

Journée Doctorale #3 2018-2019

programme de la journée doctorale
Programme de la Journée Doctorale #03 2018-19

Et voici déjà venu le temps de la dernière Journée Doctorale de l’année 2018-19 !

Jeudi 11 avril, à 9h, rendez-vous en salle 282/283 (comme la dernière fois) pour découvrir une partie de la recherche menée par les doctorants de l’ENSAG !
Nous aurons le plaisir d’écouter Steven Saulnier-Sinan (Cresson), Maïlys Toussaint (Cresson), Pauline Chavassieux (EVS ISTHME / MHAevt), Estelle Carlier (AE&CC – Cultures Constructives) et Mampionona Rakotonirina (AE&CC – CRATerre).

L’invitée extérieure, qui présidera la Journée, est Sandra Parvu, architecte, docteure en études urbaines et maître de conférences en Villes et Territoire à l’ENSA Paris Val de Seine. En début d’après-midi, elle nous apportera son regard de chercheur par une courte conférence suivie d’un débat.

Comptant sur votre participation pour faire de cet événement un succès, nous vous attendons nombreux !