Séminaire International de Recherche – Habitat: Résistance et autonomie

Le séminaire « Habitat : résistance et autonomie » a lieu du 10 au 12 mars prochain à l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme (IAU/USP) de la ville de São Carlos, au Brésil. Il réunit des chercheurs internationaux, notamment français et brésiliens et est organisé par l’équipe de recherche HABIS de l’Université de São Paulo. Anaïs Gueguen-Perrin, doctorante au laboratoire AE&CC (équipe CRATerre), en co-tutelle dans ce laboratoire brésilien, fait partie des organisateurs et y interviendra notamment. 

Ci-dessous le flyer numérique avec le résumé du séminaire et le programme des 3 journées.

Si, parmi vous, certain souhaitent, peuvent ou connaissent des personnes susceptibles de se déplacer au Brésil, le lien pour s’inscrire est le suivant :
www.iau.usp.br/pesquisa/groups/habis/semihabitat

Sachez qu’il sera également possible d’accompagner le séminaire depuis la France puisqu’il sera diffusé en direct sur le compte Youtube de l’Institut d’Architecture et d’Urbanisme de São Carlos (youtube.com/iauusp). Nous vous rappelons que le décalage horaire est de 4h entre la France et le Brésil. A noter également que la majeure partie des présentations se fera en portugais.

 

 

SOUTENANCE – Hengameh Pirhosseinloo-Amini (CRESSON)

HENGAMEH PIRHOSSEILOO-AMINI soutiendra sa thèse 
le vendredi 20 décembre 2019 à l’ENSAG, amphi Simounet.

Titre de la thèse :

HABITER LA FAÇADE : LA CONQUÊTE D’UNE EPAISSEUR SENSIBLE
Les Dispositifs de Façade Épaisse dans les logements collectifs des écoquartiers : conception architecturale et ambiances.

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe CRESSON de l’UMR AAU

Directeurs de thèse:  Henry Torgue & Nicolas Rémy.

Résumé de la thèse:

En 2050, selon les projections de l’OCDE , plus de 70% de la population mondiale vivra en ville. L’étalement urbain trouve ses limites dans la mesure où l’espace est un bien-ressource fini et où les distances génèrent une dépendance trop forte vis à vis de l’automobile, participant ainsi au réchauffement climatique. En réponse, les villes choisissent d’autres axes de développement, notamment en matière de logement, en augmentant la densité et en promouvant la construction de nouveaux quartiers écologiques. Cependant, l’habitat dense va à l’encontre de l’idéal encore largement partagé de la maison individuelle et il est loin de remporter l’approbation générale de la population qui y habite. Plus encore, pour les logements collectifs, surtout ceux à caractère social, la densité s’accompagne d’une image négative de l’habitat puisqu’elle entraîne une proximité qui rend difficiles les rapports d’intimité des résidents tout en imposant à tous des contraintes extérieures. L’un des enjeux majeurs de l’architecture urbaine contemporaine est donc de proposer des aménagements qui rendent plus agréable la vie partagée dans les logements collectifs des villes diminuant à terme leurs images négatives.

Dans le contexte actuel des conceptions et réalisations architecturales, la façade s’est éloignée de sa traditionnelle fonction de mur séparateur filtrant la lumière, pour se diversifier en une variété d’espaces de plus en plus complexes, gagnant de ce fait même une épaisseur modulable. Les balcons, loggias, terrasses, coursives, issues de différentes cultures, déclinent aujourd’hui de nouvelles propositions spatiales, ambiantales et comportementales.

L’hypothèse générale de cette thèse est que l’ensemble de ces espaces intermédiaires (Balcons, Loggias, Terrasses, Coursives) regroupés sous l’intitulé de dispositifs de façade épaisse (DFE) participe pleinement à la conception et au vécu du logement contemporain. Particulièrement mis en œuvre dans les quartiers durables, les DFE deviennent de plus en plus des opérateurs de conception architecturale impliquant fortement les ambiances dans leurs impacts sur les modes de vie.

Les DFE appartiennent à la famille des « espaces intermédiaires », c’est à dire des lieux caractérisant la zone transitionnelle séparant deux espaces aux degrés d’intimité différents, aménageant les liens intérieur/extérieur, permettant des porosités avec les éléments naturels, le voisinage, le contexte urbain ou le grand territoire. Par définition, les DFE agissent comme interfaces génératrices d’expériences sensorielles et sensibles.

L’analyse de trois écoquartiers (à Grenoble et à Paris) permet d’explorer la variété typologique des bâtis et leurs extensions à différentes échelles en espaces intermédiaires (balcons, loggias, terrasses, et coursives) ainsi que la diversité de leurs modes d’accès tels que les paliers ouverts ou les cheminements individualisés. Ces trois terrains illustrent les objectifs et les réalités de processus de conception visant à permettre l’appropriation des espaces extérieurs entourant l’habitation, à faciliter la projection du « chez soi » des habitants  dans leur lieu de vie concret, à bien vivre la transition entre espace privé et espace public.

La diversité des rôles attribués par les résidents aux DFE témoigne : surface supplémentaire à celle du logement, sas d’entrée dans l’espace privé, espace représentatif pour le bâti, filtre régulateur des facteurs ambiantaux, modularité de l’intimité et augmentation de la qualité de vie du logement…

Ainsi, les espaces intermédiaires gagnés dans l’épaisseur des façades des logements collectifs en zone urbaine dense peuvent offrir de véritables qualités d’appropriation et de flexibilité de par leur qualité d’ambiance. La façade épaisse redéfinit l’intimité en étendant une partie de la vie privée vers l’extérieur. Par le jeu des ambiances sonores, visuelles, lumineuses et olfactives… qu’elle réceptionne et produit, elle module les relations de proximité.

Le cœur de cette thèse est que les DFE prennent des contours sensibles spécifiques relevant à la fois des données de l’environnement et de l’espace, des dimensions perceptives et des modalités d’usages. L’ambition est donc de relier au mieux les différents aspects qui permettent de saisir ces espaces intermédiaires (DFE) comme lieux d’expérience sensible et pratique.

En conclusion, la thèse montre comment l’étude des ambiances des DFE permet de mettre à jour les enjeux transversaux et contemporains de la conception de ce type d’espaces intermédiaires. Plusieurs champs d’interrogation sont proposés aux concepteurs :

•           Un DFE dans quel contexte ?

•           Un espace à forte appropriation modulable

•           Un accès à la nature

•           Un espace de jeu pour les cinq sens

•           Un lieu intime et un lieu convivial.

Concevoir le logement et penser les ambiances des DFE à travers cette grille devient alors pour le concepteur une démarche d’élargissement et d’enrichissement de son projet d’habitation.

 

Composition du jury :

Xavier BONNAUD, Professeur HDR, ENSA de Paris la Villette, HDR, rapporteur

Grégoire CHELKOFF, Professeur HDR, ENSA de Grenoble, examinateur

Valérie LEBOIS, Maîtresse de conférence, ENSA de Strasbourg, examinatrice

Cécile REGNAULT, Professeure HDR, ENSA de Lyon, rapporteure

Nicolas REMY, Professeur adjoint, Université de Thessalie, Volos (Grèce), co-directeur de thèse

Henry TORGUE, chercheur émérite, UMR AAU, équipe CRESSON, directeur de thèse

 

SOUTENANCE – Caterina Franco (MHAevt)

CATERINA FRANCO soutiendra sa thèse
le mercredi 18 décembre à 14h à l’ENSAG, amphi Simounet.

Titre de la thèse :

Dans le lieu et dans le temps. Pour une histoire environnementale des infrastructures touristiques des Alpes franco-italiennes (1945-1975)

Thèse en Architecture, préparée dans le cadre d’une cotutelle entre la Communauté Université Grenoble Alpes et le Politecnico di Milano et au sein du Laboratoire Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble et du département Architecture, Built environment and Construction, Politecnico di Milano, au sein de l’ école doctorale 454 – SHPT – Université Grenoble Alpes et de l’école doctorale du Politecnico di Milano.

Directeurs de thèse:  Catherine Maumi & Emilio Faroldi

Résumé de la thèse:

La thèse étudie les stations de sports d’hiver planifiées et construites en haute altitude après la Seconde Guerre mondiale dans les Alpes franco-italiennes.

Les deux contextes nationaux, différents du fait de leurs histoires économiques, politiques et situations géographiques, partagent aujourd’hui des problèmes similaires. Ceux-ci concernent le futur d’un modèle touristique basé sur une fréquentation massive, de longs séjours et une offre concentrée autour de la pratique du ski. En effet, l’aléa climatique, le changement dans les modes et les temps de la fréquentation touristique, le vieillissement des structures et infrastructures, représentent seulement une partie des enjeux auxquels ces lieux se confrontent. Plusieurs chercheurs provenant de diverses disciplines suggèrent alors de repenser la station comme étant en continuité avec le territoire d’implantation, ce dernier compris dans sa nature économique, géographique ou administrative.

La recherche, menée dans le domaine de l’architecture, souhaite contribuer à la réflexion autour de ces questionnements par une étude historique. En interrogeant les relations établies entre la station et le territoire (dans ses composantes spatiales, environnementales, paysagères), durant le processus de conception, de construction et d’évolution, nous souhaitons aller au-delà d’une lecture des établissements touristiques de haute montagne considérés comme des objets décontextualisés.

En nous appuyant sur la coordonnée spatiale du territoire, nous formulons l’hypothèse que l’implantation des stations de sports d’hiver a entrainé des transformations à grande échelle, et que, en même temps, les caractères environnementaux, historiques, économiques, géomorphologiques des sites concernés ont joué un rôle actif dans le processus de conception et construction.

À partir de la coordonnée temporelle du territoire, nous supposons que l’histoire des stations de sports d’hiver construites dans les années 1960 et 1970 n’est qu’une étape dans le processus long de transformation touristique des sites de haute altitude. Dans cette perspective, l’histoire des activités précédentes au tourisme, implantées sur les mêmes lieux, joue un rôle décisif.

Le travail se déroule à travers l’étude de quatre cas : Pila et Sansicario, dans les Alpes italiennes ; Chamrousse et La Plagne dans les Alpes françaises. Pour cela, nous nous appuyons sur une méthode mise en place par les historiens de l’environnement, tels que William Cronon, qui considèrent l’histoire d’un territoire comme le résultat des interactions entre activités humaines et données naturelles, sur un temps long. Nous mobilisons un corpus principalement constitué de documents appartenant à différents fonds d’archives (des collectivités territoriales, des architectes et urbanistes, des techniciens), que nous traitons par l’analyse de documents textuels, graphiques et cartographiques qui le composent, ainsi que par le re-dessin et la construction de frises chrono-systémiques.

Au-delà de contribuer à la compréhension de l’histoire de la mise en tourisme des territoires de haute montagne nous souhaitons, par ce travail, participer à la réflexion autour des enjeux méthodologiques de la recherche en histoire de l’architecture.

 

Composition du jury :

René BORRUEY, Professeur HDR, ENSA de Marseille, Examinateur

Anne DALMASSO, Professeure HDR, Université Grenoble Alpes, Examinatrice

Alessandro DE MAGISTRIS, Professeur, Politecnico di Milano, Examinateur

Rosa DE MARCO, Maîtresse de conférences, docteur, ENSA de Paris – La Villette, Examinatrice

Emilio FAROLDI, Professeur, Politecnico di Milano, Directeur de thèse

Luigi LORENZETTI, Professeur, Università della Svizzera Italiana, Rapporteur

Catherine MAUMI, Professeure HDR, ENSA de Paris – La Villette, Directrice de thèse, ED 454

Virginie PICON-LEFEBVRE, Professeure HDR, ENSA de Paris – Belleville, Rapporteure

 

 

Carte postale de Barèges (65)

Ci-dessous quelques photos transmises par Manon Scotto (MHAevt), de retour d’un déplacement sur le terrain entre Bordeaux et les Pyrénées, à la rencontre, entre autres, de l’architecte Pierre Lajus. 

Ces photographies représentent un chalet préfabriqué bois réalisé par cet architecte (que l’on voit sur les photos), maison immergée dans le massif pyrénéen.

{ Cartes postales du terrain } compilation du mois de juillet !

Si les bureaux de nos laboratoires respectifs se vident, ce n’est pas seulement à l’approche des vacances ; plusieurs doctorantes profitent du temps favorable de l’été pour faire quelques séjours sur le terrain…

Ci-dessous les photographies partagées par :

  • Clémence Dupuis (AE&CC – Cultures Constructives), partie deux semaines fin juin avec Pétronille Blondeau (stagiaire) à Saint Eloy les Mines, près de Clermont-Ferrand ;
  • Anaïs Gueguen (AE&CC – CRATerre), depuis plusieurs mois au Brésil où elle effectue sa co-tutelle de thèse ;
  • Malaury Forget (AE&CC – Cultures Constructives), à Venise pour le colloque international AESOP où elle a communiqué ;
  • Lucie Boissenin (AE&CC – Cultures Constructives), partie faire quelques derniers entretiens et relevés en Italie, dans la Province d’Avellino.
Saint Eloy les Mines (63) – Clémence Dupuis
Maison des prières de la communauté Ita Endy, São Paulo, Brésil – Anaïs Gueguen
Venise, depuis le Ponte dell’Accademia – Malaury Forget
Cairano (Campanie, Italie), réhabilitation du village – Lucie Boissenin