SOUTENANCE – Lucie Boissenin (AE&CC)

Lucie BOISSENIN soutiendra sa thèse 
le lundi 19 octobre 2020 à l’ENSAG, à 14h en amphi Simounet.

Titre de la thèse :

RÉHABILITER ET RÉ-HABITER LE PATRIMOINE BÂTI
Analyse du rôle du projet d’architecture dans la construction du développement territorial

École doctorale « Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire » (Université de Grenoble Alpes). Thèse préparée au sein de l’équipe Cultures Constructives, Unité de recherche Architecture, Environnement et Cultures Constructives

Directeure et co-directrice de thèse:  Romain Lajarge & Anne Coste

Résumé de la thèse:

La thèse interroge le rôle du projet d’architecture, relatif au patrimoine bâti, dans la construction de processus de développement territorial. Le développement territorial induit des améliorations d’ordre économique, social, environnemental et politique dans un territoire, et notamment une « augmentation de la capacité des acteurs à maîtriser les dynamiques d’évolution qui les concernent » (Deffontaines, Marcelpoil, Moquay, 2001). Ce dernier point est primordial : l’un des enjeux majeurs du développement territorial est la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés, qui par leurs actions conjointes et quotidiennes, apporteront ces améliorations à leur cadre de vie. Le patrimoine bâti est vecteur de mobilisation collective. Si un objet est menacé, un groupe social tend à lui reconnaître une valeur et à agir pour sa sauvegarde ; il s’agit du principe de la patrimonialisation. L’un des moyens pour sauver le patrimoine bâti est de lui trouver une nouvelle destination d’usage, une utilité dans le présent. Cela passe par une transformation de ce bâti et donc par un projet d’architecture. Ce dernier est déjà un temps d’action collective, où se rencontrent et échangent des personnalités multiples ainsi que leurs compétences et points de vue respectifs. La thèse propose alors de vérifier l’hypothèse selon laquelle, lorsqu’il concerne un bâti patrimonialisé par des acteurs locaux, le projet d’architecture peut être un outil pertinent pour la construction d’un collectif d’acteurs territorialisés. En d’autres termes, il susciterait l’auto-organisation et l’union des forces des acteurs, motivées par la réalisation d’objectifs partagés quant à la transformation de leur cadre de vie.

Pour aborder cette question, la thèse prend appui sur un socle théorique composé d’une part des écrits de l’École Territorialiste italienne, et en particulier des ouvrages-clés d’Alberto Magnaghi tels que Le Projet Local (Magnaghi, 2010 ; 2000) et La conscience du lieu (Magnaghi, 2017). D’autre part sont convoquées les recherches françaises en sciences territoriales, autour des termes de développement territorial et de ressource territoriale (Lajarge, 2012 ; Gumuchian, Pecqueur, 2007 ; Raffestin, 2019, 1980). Outre les apports théoriques, la thèse se nourrit d’une enquête de terrain menée principalement en Irpinia, dans le sud de l’Italie, et d’une analyse plus ponctuelle de projets d’architecture en France.

Composition du jury :

Mme Anne COSTE, professeure en Histoire, Architecte, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, co-directrice de thèse.

Mme Alessia DE BIASE, professeure en anthropologie urbaine, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris La Villette, rapportrice.

M. David FANFANI, professeur en planification urbaine et territoriale, Université de Florence, rapporteur.

Romain LAJARGE, professeur en Aménagement et sciences territoriales, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble / Université Grenoble Alpes, directeur de thèse.

Andrea PANE, professeur en architecture, Université de Naples Federico II, examinateur.

Vincent VESCHAMBRE, professeur en géographie, HDR, École Nationale Supérieure d’Architecture de Lyon, examinateur.

 

SOUTENANCE – IVAN MAZEL – Habitation écologique et dispersion bâtie

affiche soutenance Ivan Mazel

IVAN MAZEL soutiendra sa thèse de doctorat

mardi 10 octobre 2017 à 13h30 en amphithéâtre Simounet à l’ENSA Grenoble.

Intitulé de la thèse :
« Habitation écologique et dispersion bâtie : les « habitats alternatifs » comme expérimentations pour des transitions socioécologiques en territoires de moyenne montagne »

Résumé :

Cette thèse interroge les mutations de l’habitation dans le cadre des transitions socioécologiques. Ces transitions sont des processus de mutations des sociétés qui visent à diminuer leur empreinte écologique et s’initient par des expérimentations en marge du système productif, appelées niches de transitions. Ce travail s’intéresse ainsi à des dynamiques marginales de la production de l’habitat et de l’urbanisation. Il porte sur des « habitats alternatifs » où les futurs habitants sont impliqués à travers l’autopromotion ou leur participation à des projets de pouvoirs publics. Ces habitats sont situés en marge du phénomène d’urbanisation, dans les territoires ruraux de moyenne montagne. En effet, dans ces territoires, de nouvelles ruralités ont émergé à travers l’arrivée de nouveaux habitants soutenue par des structures associatives et favorisée par des politiques publiques de développement des collectivités locales et des Parcs naturels régionaux. J’interroge ainsi dans ce travail la mise en place de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne dans le cadre des transitions socioécologiques.

L’hypothèse générale de ce travail est la suivante : les projets d’« habitat alternatif » sont le lieu privilégié de l’expérimentation de l’habitation écologique dans les territoires ruraux de moyenne montagne. Je propose ainsi de vérifier cette hypothèse par une approche globale des projets d’« habitat alternatif » afin de comprendre le système d’habitation écologique mis en place. J’analyse d’abord l’articulation entre acteurs dans le processus de projet et l’utilisation des ressources matérielles, énergétiques et en eau dans la construction et l’usage de ces habitats. J’explore ensuite le déploiement des modes d’habiter dans l’organisation de l’habitat et dans l’espace local par les mobilités. Aborder différents types d’« habitat alternatif », écohameaux, habitat participatif rural et écolotissement, permet d’abord d’interroger les mutations de l’aménagement des territoires ruraux à partir des initiatives habitantes. Par là même, je mets en évidence les articulations entre les démarches individuelles, les programmes d’accompagnement des réseaux associatifs et les politiques publiques incitatives. Ensuite, par l’approche des marges de la production de l’habitat, j’interroge la contribution des projets d’habitat alternatif à l’habitation écologique des territoires de dispersion bâtie. Je montre l’importance des stratégies collectives pour permettre une sobriété des modes de vie, une utilisation des ressources locales et une mutualisation de l’espace et des biens. Ce travail révèle ainsi une habitation écologique au sein de la dispersion bâtie qui s’appuie sur une autonomie locale et une intégration aux réseaux physiques et virtuels.