Carte postale de Barèges (65)

Ci-dessous quelques photos transmises par Manon Scotto (MHAevt), de retour d’un déplacement sur le terrain entre Bordeaux et les Pyrénées, à la rencontre, entre autres, de l’architecte Pierre Lajus. 

Ces photographies représentent un chalet préfabriqué bois réalisé par cet architecte (que l’on voit sur les photos), maison immergée dans le massif pyrénéen.

SOUTENANCE – Hugo Gasnier – Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

HUGO GASNIER soutiendra sa thèse de doctorat
vendredi 10 mai à 9h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
Construire en terres d’excavation, un enjeu pour la ville durable

Thèse préparée au sein de l’Unité de recherche AE&CC – Laboratoire CRAterre-ENSAG, dans l’Ecole Doctorale 454 – Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire, Université Grenoble Alpes

Directeurs de thèse:  Hubert Guillaud & Thierry Joffroy

Résumé de la thèse:

La thèse explore les potentiels d’utilisation des terres de déblais comme matériau de construction et examine la pertinence d’une valorisation de cette ressource pour une construction soutenable dans le contexte français actuel avec un focus plus particulier sur la région parisienne. Elle s’articule autour d’une double question qui s’inscrit dans le cadre de la transition écologique des milieux habités : est-t-il pertinent de transformer les terres d’excavation générées par les chantiers des grands centres urbains en ressource pour l’architecture et quels potentiels offrent-elles pour la construction de la ville durable?

La croissance des grandes villes entraine chaque année la production de millions de tonnes de terres de déblais qui sont issues des terrassements nécessaires à la construction de nouveaux immeubles ou extraites lors de la création d’infrastructures de transport (tunnels, gares, routes, …). À lui seul, le chantier du Grand Paris Express « devrait peser de 30 à 40 millions de tonnes »  de terres d’excavation qui seront principalement acheminées par péniches en dehors de Paris pour être stockées ou enfouies dans des sites adaptés. Ce processus représente un coût financier, énergétique et écologique phénoménal et l’enfouissement d’une ressource pourtant potentiellement utilisable, d’où l’intérêt de s’interroger sur les possibilités d’utilisation de ces terres comme matériau de construction.

Au commencement de cette thèse en 2015, peu de recherches et encore moins de pratiques portaient sur ce sujet. Or, dès les premières rencontres, les acteurs ont exprimés leur intérêt pour cette possible valorisation des terres de déblais comme ressource.

Il était donc temps, d’une part, de faire le point sur les connaissances scientifiques concernant la matière terre, les pratiques actuelles en architecture de terre et les professionnels spécialistes de la construction en terre. D’autre part, il s’agissait de décrypter le contexte et le système des acteurs des terres d’excavation sur le territoire du Grand Paris. Enfin, la présence d’acteurs motivés sur le Grand Paris a facilité la réflexion prospective sur le potentiel d’utilisation de ces terres en architecture, y compris en ayant la possibilité d’en observer les premiers résultats concrets.

Composition du jury:

Hubert GUILLAUD, Professeur honoraire, HDR, ENSA de Grenoble, directeur de thèse

Thierry JOFFROY, Chercheur, HDR, ENSA de Grenoble, co-directeur de thèse

Thomas JUSSELME, Professeur, Haute école spécialisée de Suisse occidentale, examinateur

Judith LE MAIRE, Professeure, Université Libre de Bruxelles, rapporteure

Camilla MILETO, Professeure, Université Polytechnique de Valencia, rapporteure

Chris YOUNES, Professeure, HDR, École Spéciale d’Architecture, présidente du jury

Journée Doctorale #1 2018-19

La première Journée Doctorale 2018/2019 de l’ENSAG aura lieu le jeudi 15 novembre 2018, en Amphi Simounet.

Au programme 4 doctorants présenteront leurs travaux : Caterina Franco (MHAevt), Hugo Gasnier (AE&CC CRATerre), Maxime Bonnefoy (Cresson / LiPhy) & Clémence Dupuis (AE&CC Cultures Constructives).

Lors de cette Journée doctorale, nous avons le plaisir d’accueillir en tant qu’invitée extérieur Claire Revol, maîtresse de conférence en géographie aménagement de l’Université Grenoble Alpes, docteure en philosophie au sein de l’UMR 5194 Laboratoire PACTE, équipe Environnements.

Cette Journée doctorale est ouverte à tous les curieux (étudiants de licence ou de master, enseignants, chercheurs) qui souhaitent en savoir plus sur le travail des doctorants de l’ENSAG.

Nous vous attendons nombreux !
pour plus de renseignements, n’hésitez pas à nous contacter : afaire.asuivre@gmail.com

SOUTENANCE – Claire Rosset – Imaginaire du passé et pensée du monde moderne

CLAIRE ROSSET soutiendra sa thèse de doctorat
lundi 17 septembre 2018 à 14h en amphi Simounet à l’ENSA Grenoble.

Titre de la thèse :
IMAGINAIRE DU PASSÉ ET PENSÉE DU MONDE MODERNE
Processus de médiatisation chez Albert Laprade, architecte

École doctorale “Sciences de l’Homme, du Politique et du Territoire” (Université de Grenoble Alpes)

thèse préparée au sein de l’équipe d’accueil 7445 Les Métiers de l’Histoire de l’Architecture, édifices-villes-territoires dans le cadre d’une CIFRE avec le CAUE de Haute-Savoie

Directrice de thèse: Catherine Maumi

Résumé de la thèse:
Le débat architectural du début du XXe siècle semble sous-tendu par les oppositions entre les tenants d’une tradition comme transmission historique ou régionale et ceux d’une modernité comme revendication de la tabula rasa. Mais si la modernité « intervient comme une coupure entre le passé et l’avenir […], elle assure aussi la jonction qui permet au passé de s’enrichir et à l’avenir de se souvenir ». Elle peut ainsi être observée dans les rapports qu’elle entretient avec la tradition, l’intérêt pour les cultures traditionnelles et vernaculaires s’amplifiant simultanément à l’émergence de la modernité architecturale. La thèse interroge les processus de fabrication qui permettent à l’architecte de construire une idée de la modernité architecturale qui se réclame de la tradition.

Les enjeux de reconstruction après les guerres mondiales radicalisent les débats, conférant à la presse et aux grandes expositions internationales des rôles stratégiques de diffusion des idées. Les architectes en sont les acteurs principaux. En considérant l’architecture dans toutes ses dimensions de production (édifiée, représentée, écrite et publiée), nous formulons l’hypothèse qu’elle peut être analysée comme médium (c’est-à-dire comme support d’un message) et comme média (c’est-à-dire comme vecteur de communication). Par ailleurs, nous supposons que dans le processus de publication l’architecte fabrique simultanément un imaginaire du passé et une pensée du monde moderne.

Nous identifions trois mouvements dans le processus de fabrication de cette pensée de la modernité. Dans un premier temps, nous nous intéresserons au passage de l’architecture édifiée à l’architecture représentée en interrogeant la capacité des architectes à construire des filiations historiques et/ou géographiques, notamment à partir de l’observation de l’existant. Dans un deuxième temps, nous analyserons les relations entre architecture édifiée et architecture publiée en considérant, comme Beatriz Colomina, que le média imprimé permet un « nouveau contexte de production, existant en parallèle au terrain de construction». Enfin, en étudiant le passage de l’architecture publiée à l’architecture racontée, nous interrogerons le rôle des espaces de publication dans les processus de mise en récit de l’architecture.

Afin de conduire cette étude, nous nous appuyons sur la production de l’architecte Albert Laprade (1883-1978). Acteur sur la scène architecturale moderne, il va participer également à la reconnaissance de l’architecture traditionnelle. La diversité de sa production nous permet de constituer un corpus édifié, dessiné et écrit qui s’élabore à partir de la forme publiée de son travail :

  • articles parus sur sa production bâtie (publiés par d’autres architectes),
  • articles écrits par Albert Laprade (presse professionnelle ou non),
  • ouvrages de l’architecte tels que les Albums de croquis.

Composition du jury :

Laurent BARIDON, Professeur, HDR, Université Lumière Lyon 2, rapporteur
Arnaud DUTHEIL, Directeur du CAUE de Haute-Savoie, examinateur
Hélène JANNIÈRE, Professeure, HDR, Université Rennes 2, rapporteure
Catherine MAUMI, Professeure, HDR, ENSA de Grenoble, directrice de thèse
Simon TEXIER, Professeur, HDR, Université de Picardie Jules-Verne, examinateur
Estelle THIBAULT, Maître de conférences, HDR, ENSA de Paris-Belleville, examinatrice